Vous êtes ici

Les diversités agricoles et rurales au défi de l’extension de l’agriculture de firme

02/02/2022 à 14h30

Séance proposée par la section 4 en concertation avec la section 10,
coordination : MF CHEVALIER-LE GUYADER, JP JESSENNE, MC MAUREL, (Section 4) et JM SÉRONIE (section 10)

L’agriculture et les sociétés rurales ont été longtemps caractérisées par les diversités. Les diversités ce sont d’abord  celles mêlées des conditions « naturelles » et des histoires (des avatars tardifs des régimes féodaux aux formes variées de prédominance de l’exploitation familiale ou communautaire en passant par les expériences collectivistes, etc). D’ailleurs,  les formules hybrides ont été courantes et ont permis la coexistence de modes de vie variés. La diversité fut aussi souvent une hétérogénéité sociale de ceux qui vivent d’agriculture, une hétérogénéité que le terme de paysannerie ou l’opposition réductrice entre grandes et petites exploitations ont  régulièrement  occultée.  La diversité c’est encore celle des évolutions environnementales et des paysages notamment en relation avec les  structures foncières, les pratiques agricoles ou les productions. Notons que  cette diversité est souvent donnée comme une caractéristique de la France et qu’elle constitue un facteur de complémentarité des ressources donc de sécurité alimentaire, enjeu jamais démenti.
Or depuis plusieurs décennies, ces diversités semblent mises en cause par un phénomène aux multiples facettes et différemment nommé : « système agro-industriel », « agriculture capitaliste », ou  plus récemment « agriculture de firme ». En laissant pour la séance la discussion sur ces termes,  nous privilégierons ce dernier pour rendre compte d’une évolution qu’on peut résumer à quatre  traits principaux : 1) l’intégration des exploitations agricoles à un  réseau économique multiforme et plus ou moins étendu (du financement à la fourniture d’intrants jusqu’à la commercialisation…) ;  2) la transformation des exploitations agricoles en entreprises polyvalentes , souvent de plus en plus grandes en superficie, avec des statuts fonciers et juridiques complexes  et aux dirigeants à haut niveau de formation ; 3) Le relâchement  fréquent du lien entre l’exploitation agricole,  les structures familiales et le terroir villageois ; 4)  La mondialisation  de ces  évolutions  engendrant des formes nouvelles de difficultés alimentaires ou environnementales.
Des questions cruciales s’en trouvent posées : Que va-t-il rester de ces diversités qui furent longtemps considérées comme l’apanage des agricultures et des  sociétés rurales?    Ces mutations induisent-elles aussi inévitablement l’effacement de la pluriactivité ou  de l’exploitation familiale et l’augmentation poursuivie des superficies et des champs d’activités des entreprises agricoles restantes ? Quelles sont les implications sur les conditions de vie de ceux qu’on appelle de moins en moins « paysans » et plus largement des mondes ruraux ? Dans quelle mesure ces évolutions affectent-elles l’accès aux ressources alimentaires ?
Pour tenter de répondre à quelques-unes de ces questions tout en restituant la complexité des processus en cours, nous proposons une démarche qui conjugue études de cas et  approches thématiques.

Introduction
Marie-Claude MAUREL
Diversités et évolution agricole ? importance historique, figures multiples et équivoques
Exposé(s)
Diversités et évolution agricole ? importance historique, figures multiples et équivoques
François PURSEIGLE
Les traditions agricoles et rurales du Vietnam et du Sud-Est asiatique au défi de l’agriculture de firme ?
Dao The Anh , Vietnam Rural Development Science Association - PHANO
La diversité des productions et des marchés agricoles dans les dynamiques économiques en cours ?
V. CHATELLIER, INRAE, UMR SMART
La Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans : entre agriculture traditionnelle et agriculture de firme
François COLLART DUTILLEUL
Conclusion