Vous êtes ici

Pollinisateurs, biodiversité et productions végétales

18/05/2016 à 15h00

En absence de diffusion, l'écran noir ci-dessus ne sera pas cliquable.

Lorsqu’on parle d’insectes pollinisateurs, on pense tout de suite à l’abeille domestique qui joue en effet un rôle essentiel dans la pollinisation de nombreuses espèces végétales, notamment pour la flore sauvage (http://www.florapis.org). Mais elle n’est pas la seule à assurer ce service.  De nombreux insectes floricoles regroupés sous le terme général « Pollinisateurs sauvages » apportent aussi leur contribution, qui est loin d’être négligeable et dans certains cas même plus performante. Ils appartiennent à plusieurs ordres d’insectes ; essentiellement des hyménoptères : abeilles solitaires (près d’un millier d’espèces en France métropolitaine), bourdons (48 espèces) et des diptères : les syrphes comme les volucelles, et, dans une moindre mesure, des lépidoptères et quelques coléoptères. Plusieurs, comme l’abeille domestique, pollinisent un grand nombre de plantes car elles récoltent leur pollen sur un large éventail de plantes (espèces généralistes ou polylectiques), d’autres au contraire ne récoltent leur pollen que sur un nombre plus restreint (espèces oligolectiques), voire une seule comme la collète du lierre.

La pollinisation entomophile concerne 71% des principales espèces cultivées et la contribution des pollinisateurs à la production agricole est évaluée entre 190 et 320 milliards d’euros par an au niveau mondial, à 2,8 milliards d’euros pour l’agriculture française et à 14,6 milliards pour l’Europe. Préserver les pollinisateurs est de ce fait un enjeu majeur pour l’agriculture. Or, depuis 1990, les populations d’abeilles domestiques et de pollinisateurs sauvages sont en régression constante non seulement en Europe, mais aussi dans le monde et on assiste à une « Crise des pollinisateurs » selon l’expression consacrée. On commence à en connaître les causes pour l’abeille domestique ( parasitisme, maladies, intoxication par les produits phytosanitaires, facteurs environnementaux), et beaucoup de celles-ci s’appliquent aussi autres insectes pollinisateurs, en particulier pour les abeilles sauvages, très majoritairement solitaires, qui ne bénéficient pas de l’effet protecteur de la colonie et des soins d’un apiculteur et sont, de ce fait, très sensibles aux conditions environnementales et au changement climatique.

Nous nous fixons trois objectifs au cours de cette séance :
o Faire le bilan de la situation actuelle en nous référant aux travaux les plus récents en la matière ;
o Décrire des actions en cours ou à venir pour tenter de pallier la crise des pollinisateurs ;
o Analyser les résultats des méthodes d’échantillonnage visant à évaluer les niveaux de populations des différents pollinisateurs en milieu urbain, péri-urbain et rural.

La conclusion sera faite par un apiculteur professionnel qui montrera comment sont ressenties, dans la pratique, les menaces qui pèsent sur les populations d’abeilles domestiques et les autres pollinisateurs et comment y faire face dans une perspective de développement durable.

Exposé(s)
Voir la plaquette détaillée
L’importance agronomique des insectes pollinisateurs
Bernard VAISSIÈRE, Chargé de recherche INRA, Animateur de l’équipe Pollinisation & Ecologie des Abeilles, UR 406 Abeilles & Environnement INRA, Site Agroparc - Avignon
La diversité des pollinisateurs, menacée mais clef du bon fonctionnement des écosystèmes naturels et agricoles
Colin FONTAINE, Chargé de recherche CNRS, Muséum national d'histoire naturelle de Paris, Centre d'écologie et des sciences de la conservation (CESCO), Centre d'écologie et des sciences de la conservation (CESCO) UMR 7204 MNHN-CNRS-UPMC
Le Plan national d’actions « France terre de pollinisateurs » : un défi pour l’agriculture
Serge GADOUM, Chargé de projet "pollinisateurs sauvages" à l’OPIE, Office Pour les Insectes et leur Environnement, Guyancourt
Conclusion
Thomas MOLLET (Apiculteur professionnel, président de l’Association de Développement de l’Apiculture d’Aquitaine(ADAAQ), vice-président de l’institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation (ITSAP))