Vous êtes ici

N°76 - aoû 2022

76
08/2022

Le Mensuel

N°76 / Septembre 2022

À LA UNE

Anna Samoyloya - Unsplash

Les Raisins de Redouté, une vendange de qualité

Une véritable enquête

L’aventure des « raisins de Redouté » débute en 2017 par une demande de Marc Médevielle (journaliste spécialiste de la vigne) qui recherche deux aquarelles de Pierre-Joseph Redouté. Ces planches d’aquarelle sont mentionnées dans une Ampélographie publiée en 1909 dans laquelle Charles Tallavignes répertorie 66 planches de Redouté à la bibliothèque de la Société nationale d’agriculture, ancien nom de l’Académie d’agriculture de France.

La piste était la bonne ! Retrouvé parmi les 40 000 documents du fonds documentaire de l’Académie, ce dossier rassemble 43 planches originales de Pierre Joseph Redouté, « le Raphaël des fleurs » et 40 planches d’autres peintres botanistes du Museum d’histoire naturelle peintes entre 1806 et 1811.

Des aquarelles publiées pour la première fois

Après vérification de leur authenticité et de leur état de conservation, un appel à financement participatif fut lancé en 2018. Les fonds collectés ont permis de numériser les planches en très haute définition. Ces planches n’avaient jamais été publiées. Avec enthousiasme, les éditions Paulsen ont souhaité réaliser cet ouvrage, tandis que l’Académie organisait le comité de rédaction.

D’emblée, il fut acté que ce livre reproduirait toutes les planches. L’un des ampélographes les plus réputés, Jean-Michel Boursiquot a identifié et commenté les planches. Cette part importante de l’ouvrage est complétée par l’histoire de la collection des vignes du jardin du Luxembourg par Marc Médevielle, les auteurs des aquarelles par Catherine de Bourgoing, la contribution des vélins entre Art et Sciences par Anne-Marie Slezec et une ouverture prospective sur les milliers de cépages face au changement climatique par Nathalie Ollat et ses collègues de l’Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) et l’Institut technique de la vigne et du vin (ITV).

Le livre est préfacé par Jean-Robert Pitte, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences politiques et morales.

Un succès collectif et une aventure qui continue

Avec plus de mille exemplaires vendus, cet ouvrage est déjà un succès collectif récompensé par le prestigieux prix 2022 de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) – catégorie Viticulture.

L’aventure continue : les reproductions de ces aquarelles sont exposées pour la première fois par le Sénat dans ce jardin du Luxembourg, écrin historique des cépages de France au pavillon Davioud du 24 août au 4 septembre 2022. Le public découvrira les débuts de l’ampélographie en France à travers une histoire rocambolesque, des images précieuses et une mise en perspective historique. En effet, à l’heure de l’adaptation au changement climatique, les variétés de vignes autochtones feront peut-être partie de notre futur.

Au cours des prochains mois, l’exposition sur « Les raisins de Redouté » ira à la rencontre de nouveaux publics lors d’événements, en particulier dans les différents terroirs viticoles en lien avec l’action territoriale de l’Académie.

André Fougeroux, membre de l’Académie d’agriculture de France, responsable du Fonds documentaire de la Compagnie

> En savoir plus sur l'ouvrage, le feuilleter et l'acheter

Photo (AAF) : Pierre-Joseph Redouté – Croc noir - Mayenne

===

The Redouté grapes, a quality harvest

A real investigation

The adventure of the "Redouté grapes" began in 2017 with a request from Marc Médevielle (a journalist specialising in vines) who was looking for two watercolours by Pierre-Joseph Redouté. These watercolour plates are mentioned in an Ampélographie published in 1909 in which Charles Tallavignes, lists 66 plates by Redouté in the Library of the Société nationale d'agriculture, formerly the Académie d'agriculture de France.

The trail was the right one! Found among the 40,000 documents in the Academy's collection, this file contains 43 original plates by Pierre Joseph Redouté, "the Raphael of flowers", and 40 plates by other botanist painters from the Museum of Natural History painted between 1806 and 1811.

Watercolours published for the first time

After verification their authenticity and state of conservation, a call for participatory funding was launched in 2018. The funds raised made it possible to digitise the plates in very high definition. These plates had never been published before. Paulsen Editions enthusiastically decided to produce the book, while the Academy organised the editorial committee.

It was decided from the outset that the book should reproduce all the plates. One of the most renowned ampelographers, Jean-Michel Boursiquot, identified and commented on the plates. This important part of the book is completed by the history of the collection of vines of the Luxembourg garden by Marc Médevielle, the authors of the watercolours by Catherine de Bourgoing, the contribution of vellum between Art and Science by Anne-Marie Slezec and a prospective opening on the thousands of grape varieties in the face of climate change by Nathalie Ollat and her colleagues from the Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l'environnement (INRAE – National Research Institute for Agriculture, Food and Environment) and the Institut technique de la vigne et du vin (ITV - Technical Institute for Vine and Wine).

The book is prefaced by Jean-Robert Pitte, Permanent Secretary of the Académie des Sciences Politiques et Morales.

A collective success and a continuing adventure

With more thanone thousand copies sold, this book is already a collective success and has been awarded the prestigious 2022 prize of the International Organisation of Vine and Wine (OIV) - Viticulture category !

The adventure continues : reproductions of these watercolours are being exhibited for the first time by the Senate in the Luxembourg Gardens, the historic setting for French grape varieties in the Davioud Pavilion from 24 August to 4 September 2022. The public will discover the beginnings of ampelography in France through an incredible story, precious images and a historical perspective. Indeed, at a time when we are adapting to climate change, indigenous vine varieties may be part of our future.

Over the next few months, the exhibition on "Redouté's grapes" will meet new audiences at events, particularly in the various wine-growing regions in connection with the Academy’s territorial action.

André Fougeroux, member of the French Academy of Agriculture, responsible for the Documentary Fund of the Company

> Read more about the book, browse and buy it

Photo (AAF) : Pierre-Joseph Redouté – Croc noir - Mayenne

L'INFORMATION DU MOIS

Anna Samoyloya - Unsplash

Feux de forêt et de végétation : prévenir l’embrasement

En 2021 et 2022, la France a été touchée par trois grands incendies de forêt de plus de 5 000 hectares. Ces feux hors normes ont eu lieu malgré l’efficacité reconnue de la stratégie de lutte.

Avec le réchauffement climatique, le risque d’incendies est encore plus menaçant. En région méditerranéenne, les surfaces brûlées pourraient augmenter de 80% d’ici 2050. A cette période, plus de 50% des landes et forêts métropolitaines pourraient être concernées (contre un tiers en 2010). Par ailleurs, la période à risque fort sera trois fois plus longue et les feux hivernaux devraient se multiplier.

« La guerre contre le feu ne sera gagnée qu’au prix d’un effort impliquant toutes les politiques publiques et faisant une large part à la prévention » : tel est le message de la mission sénatoriale dont le rapport a été adopté début août 2022.

Plusieurs membres de l’Académie d’agriculture de France ont été auditionnés. Le 10 juin 2020, l’Académie avait déjà organisé une séance intitulée « Incendies, Forêts et Société – Vivre avec un risque accru » et édité plusieurs fiches encyclopédiques sur ce thème.

Ce rapport formule 70 recommandations essentielles. Les recommandations législatives du rapport seront traduites dans une proposition de loi à la rentrée parlementaire.

> En savoir plus sur : Le rapport d’information du Sénat : "Feux de forêt et de végétation : prévenir l'embrasement"

Photo (Démarches Administratives) : Feux de forêt

LES PRÉCÉDENTES SÉANCES

DE L’ACADÉMIE

Les séances de l'Académie d’agriculture de France sont désormais diffusées, en direct puis en différé, sur sa chaîne YouTube, à laquelle il est conseillé, à cette occasion, de s'abonner.

Accéder à la chaîne > ici

Ondes électromagnétiques et désordres en élevage

1er juin 2022

Cette séance a démontré que pour les élevages, on sait aujourd’hui détecter, mesurer et corriger les anomalies d’origine électrique.

De nouveaux travaux de recherche sont cependant nécessaires en raison de l’évolution de l’environnement électrique. Les préoccupations qui étaient centrées sur les réseaux THT (très haute tension) se sont élargies à la basse tension, l’éolien, le photovoltaïque, les antennes relais. L’élevage a aussi évolué avec l’agrandissement des étables, l’extension des surfaces métalliques conductrices, le développement des équipements électriques et de la robotisation.

Il est également important d’étudier les courants électriques dans le sol et le sous-sol, l’influence de la géologie, des failles, des circulations de l’eau, de la composition du sol… qui peuvent interférer avec les équipements électriques.

Ces travaux de recherche nécessitent une mobilisation des grands centres de recherche publique, en partenariat avec tous les acteurs concernés.

> Revivre la séance

Photo (RTE) : Lignes haute tension et ondes électromagnétiques

Hommage à Henry Blanc

9 juin 2022

Henry Blanc, décédé dans sa 94e année, a laissé le souvenir d’une personnalité hors du commun, visionnaire et pragmatique.

Il était officier des haras, ingénieur général honoraire du génie rural, des eaux et forêts et membre émérite de l’Académie d’agriculture de France. Il a dirigé de nombreuses années le Service des haras, des courses et de l’équitation au ministère de l’Agriculture.

Une séance a été organisée en son hommage, sous forme de témoignages. Des professionnels ont évoqué sa carrière riche et exemplaire sur de multiples thèmes : les techniques modernes de reproduction équine, l’amélioration génétique, les sciences de l’homme et de la société, la féminisation des haras, la communication des résultats de la recherche, l’informatisation de l’état civil des chevaux, mais également le vignoble du Forez…

> Revivre la séance

Photo (Institut français du cheval et de l’équitation) : Henry Blanc, officier des Haras

L’agriculture de conservation des sols : un point sur son développement et perspectives pour une agriculture durable

22 juin 2022

La surface agricole disponible par habitant diminue rapidement et il est nécessaire de produire plus face à la croissance démographique.

Mais « le sol est à la terre ce que la peau est à l’être humain ». Pour éviter une dégradation des sols, l’agriculture de conservation des sols (ACS) offre de nouvelles perspectives. Elle s’appuie sur le non-travail du sol, la couverture permanente des sols et la diversification des cultures. Toutefois, sa mise en pratique génère de nombreuses questions pour les agronomes et pour les agriculteurs.

Cette séance académique a permis d’échanger sur les atouts et les contraintes des systèmes de culture en agriculture de conservation des sols. Une future séance portera sur les pistes d’amélioration et les axes prioritaires de recherche dans le cadre de la transition agroécologique.

> Revivre la séance

Photo (source Agriculturedeconservation) : Les anéciques creusent des galeries

LES PROCHAINES SÉANCES

DE L’ACADÉMIE

L’Académie d’agriculture de France organise à nouveau ses séances en présentiel dans ses locaux, dans le strict respect des mesures sanitaires de prévention contre la Covid-19.

Programme complet des séances > ici

Les séances sont également désormais diffusées en direct sur la chaîne YouTube de la Compagnie > ici

Programme en cours d'élaboration

28 septembre 2022 : Le rapport à la nature des agriculteurs en question

5 octobre 2022 : Biotechnologies animales

12 octobre 2022 : Bilan de la mise en œuvre des lois Egalim 1 et 2

19 octobre 2022 : Insectes en alimentation animale et humaine

LES AUTRES ACTIVITÉS DE L'ACADÉMIE ET DE SES PARTENAIRES

Focus sur la chaîne vidéo de l’Académie

Toutes les séances de l’Académie sont diffusées en direct sur la chaîne YouTube de l’Académie. Elles sont gratuites et sans inscription.

Vous avez raté une séance, un colloque ou une intervention dans le cadre de l’Académie ?

Aujourd’hui, vous pouvez la visionner au moment où vous êtes disponible. De plus, vous pouvez faire connaître cette vidéo aux personnes concernées le thème des interventions et des débats.

Depuis octobre 2016, 69 485 vues ont été enregistrées et début 2022, 1 522 personnes sont abonnées à la chaîne YouTube de l’Académie.

> S'abonner gratuitement à la chaîne

Ouverture exceptionnelle de l’Académie d’agriculture de France lors des Journées européennes du patrimoine

17 et 18 septembre 2022

Venez découvrir l’Académie et visiter ses locaux et sa bibliothèque qui font partie de notre patrimoine national. Vous pourrez également dialoguer sur des sujets d’actualité avec des académiciennes et des académiciens.

Une animation pédagogique sera présentée autour du ver à soie. Elle s’inscrit dans le cadre de la commémoration du Bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur, qui fut membre de l’Académie d’agriculture de France.

> En savoir plus sur la manifestation et y participer

Illustration (Ministère de la Culture)

Synthèse et conclusions du colloque interacadémique «Une seule santé : les microbes et l’antibiorésistance en partage»

15 juin 2022 - Paris

Ce colloque a permis d’énoncer des recommandations importantes pour prévenir la dispersion des bactéries pathogènes résistantes et des antibiotiques. A titre d’exemple, les scientifiques préconisent « la prévention de la transmission croisée des bactéries résistantes entre humains et animaux », « le contrôle des eaux usées pour éviter leur dissémination dans l’environnement », « la limitation des rejets médicamenteux (dont les antibiotiques) dans l’environnement, ainsi que le rejet de bactéries résistantes »…

Il est aujourd’hui évident que les risques épidémiques sont liés à des relations entre les populations humaines et animales et l’environnement. Toutefois, un décloisonnement administratif s’impose pour agir dans cette réalité « Un monde, une seule santé ».

> Revivre le colloque

Photo (Revue médicale Suisse) : Test de résistances aux antibiotiques

L'ACTUALITÉ DES PARTENAIRES DE L'ACADÉMIE

L’Académie d’agriculture de France recense et valorise sur son site Internet l'actualité que ses partenaires lui communiquent > ici

Repérés cet été qui a été particulièrement actif :

- Activités de l’Académie des technologies – présentation des temps forts de 2021 – 26 août 2022

- Rapport d’activité 2021 du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) – 22 juillet 2022

- Rapport 2021 de l’INRAE – 1 août 2022

- Rapport annuel 2022 du Haut Conseil pour le Climat – juin 2022

- Rapport sur « Le soutien à l’agriculture biologique » de la Cour des Comptes – 30 juin 2022

- Parution du blog de veille du Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire – juillet 2022

- Politique agricole commune – La France a finalisé son Plan stratégique national. « L’accord trouvé permet aux agriculteurs d’élaborer sereinement leurs semis dès cet été » – 15 juillet 2022

- L’Anses préconise de « réduire l’exposition aux nitrites et aux nitrates dans l’alimentation ». Elle précise : «La réduction de l’utilisation d’additifs nitrités dans les charcuteries doit se faire de façon maîtrisée pour éviter l’augmentation de toxi-infections alimentaires» – 12 juillet 2022

- Avis du Conseil national de l’alimentation sur les «nouveaux comportements alimentaires : proposition d’actions pour une alimentation compatible avec des systèmes alimentaires durables» – 6 juillet 2022

- Naissance de l’école française d’agroforesterie « vers une agriculture fertile du sol au paysage » – ouverture en octobre 2022

> Lire et approfondir toutes ces actualités

ANALYSES DE THÈSE DE JEUNES CHERCHEURS

Vous venez de passer votre thèse, manifestez-vous ! Vous pourrez alors candidater pour une médaille d’argent. Contactez, pour ce faire : Anne-Marie Hattenberger (am.hattenberger.alfort@wanadoo.fr)

> En savoir plus sur les thèses

===

Thèse de Caroline Constancis : « L’élevage des veaux laitiers sous nourrices en agriculture biologique : description des pratiques et étude épidémiologique de la cryptosporidiose et des strongyloses digestives et respiratoires »

Thèse analysée par Allal Dakkak, membre de l’Académie d’agriculture de France

Directeur de thèse : Christophe Chartier, professeur, Oniris

Co-encadrants : Nadine Ravinet, maître de conférences, Oniris et Florence Hellec, ingénieur d’étude, INRAE

===

Thèse de Yéléhi Diane Ahongo : « Reconstruction du muscle et évolution de la qualité de la chair chez la truite après ovulation »

Thèse analysée par Sadasivam Kaushik, membre de l’Académie d’agriculture de France

Directeur de thèse : Pierre-Yves Rescan, directeur de recherche, INRAE, LPGP, Rennes

Co-encadrant de thèse : Florence Lefevre, chargée de recherche, INRAE, LPGP, Rennes

===

Thèse de Kossigan Bernard Dedey : « Contribution à l’optimisation de la cuisson de produits panifiés - étude du phénomène de rupture de film de pâte à pain »

Thèse analysée par Gérard Cuvelier, membre de l’Académie d’agriculture de France

Direction de thèse : Tiphaine Lucas, chercheuse ICPEF, HDR, INRAE

Co-encadrant : David Grenier, ingénieur de recherche INRAE

===

Thèse de Hélène Cecilia : « Dynamique de transmission du virus de la fièvre de la vallée du Rift : modélisation mathématique de l’échelle micro à l’échelle macro »

Thèse analysée par Michel Thibier, membre de l’Académie d’agriculture de France

Directrice de thèse : Pauline Ezanno, directrice de recherche INRAE Nantes

Co-encadrants :

Raphaëlle Métras, chargée de recherche, INSERM Paris

Renaud Lancelot, vétérinaire épidémiologiste, CIRAD La réunion

===

Thèse de Magali Ramel : « Le droit à l’alimentation et la lutte contre la précarité alimentaire en France »

Thèse analysée par Jean-Claude Guesdon, membre de l’Académie d’agriculture de France

Directeur de thèse : Diane Roman, professeur de droit public, Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne

DIFFUSION DES CONNAISSANCES

LES AVIS, RAPPORTS, POINTS DE VUE D'ACADÉMICIENS ET NOTES ACADÉMIQUES

Les Avis, Rapports, Points de vue d'Académiciens et Notes académiques sont les synthèses de travaux collectifs de groupes de travail issus de l’Académie d'agriculture de France ou communs à plusieurs Académies.

> Accéder aux Avis et Rapports

> Accéder aux Points de vue d'Académiciens

> Accéder aux Notes académiques

Agriculture, productivité et biodiversité, les leçons du débat land sharing/ land sparing

Un débat entre land sharing et land sparing, de quoi s’agit-il ?

Le dilemme est le suivant : faut-il concentrer l’agriculture sur des terres et des cultures intensives pour conserver ailleurs plus d’espaces naturels riches en biodiversité (land sparing) ? Ou bien privilégier une agriculture plus diversifiée mais à plus faible rendement, c’est-à-dire plus extensive et donc moins économe en espaces naturels (land sharing) ?

Dans ce point de vue, les académiciens signataires précisent que le land sharing présente des avantages indiscutables pour la biodiversité à l’intérieur des parcelles et que le land sparing est le système le plus bénéfique pour la biodiversité globale de nos régions.

« Le land sparing n’est bien sûr pas la continuation de l’agriculture intensive telle que nous l’avons connue ces cinquante dernières années, mais une agriculture écologiquement intensive qui mobilise agriculture de précision, diversification des cultures, techniques de conservation des sols, restauration des infrastructures agroécologiques et agroforesterie, tout en veillant à atteindre le rendement potentiel de chaque parcelle cultivée ou prairie pâturée ».

Ce « point de vue » présente une analyse détaillée des termes du débat autour des notions de biodiversité, d’agriculture intensive et d’agroécologie.

Académiciens signataires : Philippe Stoop, Bernard Ambolet, Jean-Louis Bernard, Bernard le Buanec, Christian Lévêque

NB : Les « Points de vue d’académiciens » présentent la position d’un groupe d’académiciens sur un point d’actualité objet de débats.

DIFFUSION DES CONNAISSANCES

LES ARTICLES

Des articles portent sur des sujets très précis dans les domaines d'activités de l'Académie d'agriculture de France. Ils sont rédigés par des académiciens en leur nom propre.

Vous trouverez l'intégralité de ces articles > En cliquant ici

Voici, ci-après, la présentation d'articles récents :

« Il est urgent d’ouvrir des sillons ferroviaires à travers l’Europe pour exporter le blé ukrainien »

En bloquant les voies d’exportation de blé, l’invasion russe en Ukraine expose de nombreux pays à des famines. En effet, la mer Noire était devenue la référence du marché mondial des céréales, la Russie étant le premier exportateur mondial de blé et l’Ukraine le quatrième.

Si la Russie conserve ses capacités d’exportation, il n’en est pas de même pour l’Ukraine. Un couloir maritime sécurisé peut être remis en cause à tout moment. Aujourd’hui, la priorité, voire l’urgence, est de renforcer les capacités de transbordement aux frontières occidentales de l’Ukraine et d’ouvrir des sillons ferroviaires au travers de l’Europe.

L’auteur estime que « c’est largement dans les moyens de l’Union européenne et de ses grandes institutions financières internationales, et beaucoup moins cher que la construction de terminaux de gaz naturel liquéfié… qu’on s’apprête à importer… »

Article de Jean-Jacques Hervé, Président de l’Académie d’agriculture de France, daté du 13 juin 2022

Projets urbains régénératifs : de l’idée à la méthode

Les auteurs de cet article montrent que les actions dans l’aménagement urbain peuvent être classées selon leur niveau de maturité : une plantation abondante de végétation, le développement de la biodiversité en favorisant les espèces locales et spontanées, l’accroissement de la durabilité par un auto entretien des plantations et en reconstituant des écosystèmes proches de la nature.

Toutefois, la biodiversité est encore absente dans la plupart des conceptions urbaines. Les projets urbains régénératifs passent par la compréhension des interactions entre le système écologique, le système social et le système économique. Les acteurs locaux doivent être mobilisés pour le diagnostic et la création. Enfin, il est nécessaire de mettre en place un processus continu de gestion et d’évaluation.

Article de Philippe Clergeau, membre de l’Académie d’agriculture de France et d'Eduardo Blanco, ingénieur spécialisé dans l’urbanisme durable, daté du 20 juin 2022

Souveraineté alimentaire : les outils juridiques au niveau européen à la lumière de la récente réforme de la PAC et du Green Deal

La pandémie de Covid-19 a été le catalyseur de débats sur l’autonomie des produits de santé (masques, médicaments…). La fermeture progressive des frontières a mis en avant des dépendances technologiques. Enfin, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a posé de façon brutale les questions de la souveraineté énergétique, agricole et alimentaire.

Dans cet article, l’auteur s’interroge sur l’adaptation de la politique européenne au niveau de l’agriculture et de l’alimentation. Face aux bouleversements géostratégiques, la réponse de l’Union devrait être de développer « une souveraineté européenne réelle ». « L’Europe a besoin d’une agriculture forte. Une Europe morcelée, moins solidaire et moins productive perdrait en sécurité et en souveraineté alimentaire. »

Article de Daniele Bianchi, membre de l’Académie d’agriculture de France, daté du 6 août 2022

Géopolitique des denrées alimentaires

Aujourd’hui, la Russie continue à exporter ses céréales. Mais la production de l’Ukraine devrait connaître une forte baisse en 2022-2023.

Or le potentiel de production de l’Ukraine reste considérable. Si l’exportation par la mer Noire n’est plus possible, il faudrait que l’Ukraine utilise le ferroviaire pour sortir sa production, soit par le port roumain de Constanza, soit intégralement par le ferroviaire, quitte à traverser la Pologne et à rejoindre la Baltique.

Dans son article, Philippe Chalmin décrit les grands bassins exportateurs de céréales, les dépendances internationales vis-à-vis du blé russe et ukrainien, les enjeux concernant globalement les céréales (blé tendre, blé dur, riz) et le soja, et la nouvelle géopolitique des denrées alimentaires.

Article de Philippe Chalmin, membre de l’Académie d’agriculture de France, daté du 29 juin 2022

Le problème agricole français

Cet article détaille les évolutions importantes que connaît l’agriculture française. Nous assistons à un vieillissement de la population agricole, à une diversification des statuts professionnels et à une réduction du nombre d’exploitations. De grandes exploitations, dont la surface moyenne est de 136 hectares, mobilisent 40 % de la surface agricole française et 45% de l’emploi agricole.

En agriculture, la productivité a été multipliée par cinq entre 1970 et 2020. La France est devenue la première puissance agricole de l’Union européenne.

Toutefois, l’agriculture française est aujourd’hui confrontée à un triple défi : sa participation à la sécurité alimentaire mondiale, le changement climatique et l’éclatement des formes de production. Une réorientation des politiques publiques doit faire converger les différents objectifs, mais également prendre en compte la diversité des mondes agricoles productifs.

Article de Bertrand Hervieu et François Purseigle, membres de l’Académie d’agriculture de France, daté du 5 juillet 2022

DIFFUSION DES CONNAISSANCES

L'ENCYCLOPÉDIE

L’encyclopédie présente des fiches techniques synthétiques traitant d’un sujet.

Elles prennent trois formes : les fiches "Questions sur…" qui développent un sujet complet sur 4 pages, les fiches pédagogiques "Repères", basées sur des chiffres et, enfin, un ensemble de "courtes vidéos" .

Pour en savoir plus sur les grands thèmes et l'ensemble des fiches et vidéos, consulter la table des matières de l'Encyclopédie > ici

Le thème « Économie et Politique » de l’encyclopédie comprend de nombreux chapitres dont voici la présentation de quelques fiches « Questions sur… »

Changement climatique et production de blé aux Etats-Unis

2/3 de la production américaine de blé provient des « Wheat Belts », grandes zones agricoles du Midwest. C’est l’aboutissement du déplacement séculaire de la culture du blé depuis la côte atlantique de l’Amérique du Nord jusqu’aux grandes plaines du piémont des Rocheuses. Ces grands espaces semi-arides convenaient bien à cette culture. Mais les équilibres écologiques y sont plus fragiles, les sols moins épais, les risques d’érosion plus marqués et les précipitations de plus en plus irrégulières.

Cette fiche relate l’histoire de cette culture aux États-Unis, dans des régions à risques écologiques et climatiques croissants. En 2018, les climatologues de l’université de Columbia ont noté que « le méridien des catastrophes » climatiques s’est déplacé vers l’est d’environ 140 miles (225 kilomètres). Ainsi la production de blé aux États-Unis est irrégulière et ne progresse plus guère alors que la demande mondiale est en forte croissance.

Fiche « Questions sur… » N° 10.06. Q01, par Jean-Paul Charvet, membre de l’Académie d’agriculture de France

Photo (Wikipédia - Source USDA) : Régions de production du blé aux USA

Les systèmes alimentaires territorialisés durables

« Le système alimentaire est la façon dont les Hommes s’organisent, dans l’espace et dans le temps, pour obtenir et consommer leur nourriture » (Louis Malassis)

En 2021, l’Observatoire de l’alimentation comptait déjà plus de 750 fiches d’initiatives pour une alimentation responsable et durable (IARD). Les IARD sont innovantes et source de propositions. Toutefois, leur taille est souvent trop faible pour mobiliser des ressources.

Cette fiche décrit les systèmes alimentaires territorialisés durables (SATD) qui conjuguent un espace géographique suffisant et une structure administrative territoriale pour les moyens humains et financiers adéquats.

Il s’agit d’un nouveau cap stratégique pour la transition alimentaire. Aujourd’hui, la gouvernance alimentaire est encore un millefeuille administratif.

Les systèmes alimentaires doivent être ancrés dans les territoires, orientés vers un développement durable et privilégiant une économie sociale et solidaire.

Fiche « Questions sur… » N° 10.07. Q04, par Jean-Louis Rastoin, membre de l’Académie d’agriculture de France

Photo (Agence parisienne du climat) : Plan alimentation durable

L’irrigation agricole en France

Au niveau mondial, les cultures irriguées occupent près de 20% des surfaces cultivées et assurent 40% de la production agricole. En Europe, les équipements en irrigation dépendent de la pluviométrie, de la capacité de rétention en eau des sols, des cycles végétatifs des cultures. Les pays méridionaux sont fortement équipés, mais les Pays-Bas également avec 30% de leurs surfaces.

En France, l’irrigation représente 10% de la SAU. Ce sont les cultures les plus exigeantes en eau qui sont le plus souvent irriguées : cultures maraîchères et légumières, vergers et petits fruits, productions de semences et plants. Seulement 7% des grandes cultures sont irriguées dont principalement le soja, le maïs et les pommes de terre. Pour les agriculteurs, installer l’irrigation est un investissement lourd qui ne se justifie que pour les productions sous contrat et à forte valeur ajoutée.

L’auteur précise que l’ensemble des prélèvements opérés par l’irrigation ne représente que 1% de la pluviométrie sur le territoire. Les changements climatiques actuels rendent le développement de l’irrigation indispensable pour garantir des cultures résilientes, des rendements réguliers et des productions de qualité.

Fiche « Questions sur… » N°10.06. Q07, par Jean-Paul Charvet, membre de l’Académie d’agriculture de France

Photo (Wikipédia Commons) : Irrigation en agriculture

LES OUVRAGES PRÉSENTÉS PAR L'ACADÉMIE

Vous avez apprécié un ouvrage. Pour qu’il puisse paraître dans ce chapitre,
contactez : Philippe Kim-Bonbled (philippe.kim-bonbled@academie-agriculture.fr) et Christine Ledoux (christine.ledoux@academie-agriculture.fr)

Les ouvrages présentés sur le site Internet de l’Académie d'agriculture de France ont été lus très attentivement par un Académicien. Vous disposez ainsi d'une présentation, qui vous permettra de mieux appréhender son contenu et connaître tout ce qu'il peut vous apporter.

> Lire les présentations d'ouvrages

Enjeux biotechnologiques - Des OGM à l’édition du génome

Le génie génétique connaît une rupture technologique majeure, en passant des OGM à l’édition du génome (NGT). Ces nouvelles technologies génomiques permettent des modifications du génome ciblées, rapides et sûres.

Cet ouvrage montre l’importance de ces innovations et répond à de nombreuses questions : comment considérer ces modifications génomiques par rapport à celles qui se produisent spontanément dans la nature ? quelles sont les applications de ces techniques dans les domaines du végétal, de l’animal et de la santé humaine ? quelles perspectives en termes de développement et d’indépendance pour les pays ? quelles réglementations sont en vigueur sur les différents continents ?

Nous disposons aujourd’hui d’un ouvrage de référence sur ces avancées technologiques déjà reconnues essentielles dans de multiples domaines et dans le monde entier.

Edition : Presses des Mines

> En savoir plus sur l'ouvrage et le commander

> Lire la présentation de l'ouvrage

La transition agroécologique – Quelles perspectives en France et ailleurs dans le monde ?

La transition agroécologique doit aider à faire face au changement climatique et à l’érosion de la biodiversité. Elle doit également répondre aux attentes des consommateurs pour une alimentation saine et diversifiée.

Depuis fin 2016, une quarantaine de membres de l’Académie d’agriculture de France ont rédigé un ouvrage en deux tomes sur l’agroécologie et la résilience des agrosystèmes.

Le premier dresse un état des lieux du concept de l’agroécologie et de sa situation actuelle dans les différentes parties du monde.

Le second volume porte sur les perspectives et les changements à promouvoir pour réaliser une transition agroécologique.

L’ensemble de cet ouvrage s’adresse aux enseignants, aux étudiants, aux agents de développement, ainsi qu’aux professionnels et aux décideurs politiques chargés de la mise en œuvre de la transition agroécologique.

Edition : Presses des Mines

> En savoir plus sur l'ouvrage et l'acheter

> Lire la présentation de l'ouvrage

EN DÉBAT...

Seuls les progrès technologiques permettront de nourrir l’humanité

« L’agriculture du XXIe siècle est une agriculture connectée et numérique, une agriculture mécanisée et biotechnologique. Seuls les progrès technologiques lui permettront de faire face à son obligation première de nourrir une humanité en expansion démographique… »

Telle est l’affirmation de Catherine Regnault-Roger, qui témoigne également de son expérience et de son bilan comme membre du Haut Conseil des Biotechnologies de 2009 à 2021.

Elle a aussi dirigé la publication du livre « Au-delà des OGM », un ouvrage collectif avec des chercheurs et des spécialistes multidisciplinaires. Enfin, son récent ouvrage « Enjeux biotechnologiques : des OGM à l’édition du génome » ouvre sur les perspectives actuelles des nouvelles biotechnologies ».

Article de Catherine Regnault-Roger, membre de l’Académie d’agriculture de France

> Lire l'article

LES SERVICES DE L’ACADÉMIE

Le fonds documentaire de l’Académie

Le fonds documentaire de l’Académie est riche de près de 40 000 ouvrages complétés par les archives manuscrites de nombreux académiciens. Il rassemble la totalité des publications de la Société Royale d’Agriculture depuis 1761, puis de l’Académie après 1915 : périodiques (mémoires, bulletins, comptes rendus) et ouvrages édités par la Compagnie.

S’y ajoutent 2 831 périodiques anciens reliés :

- Annales de l’Agriculture de l’an VI à 1873 (complet)

- Journal d’Agriculture pratique de 1837 à sa disparition en 1938

- Journal de l’Agriculture de 1866 à 1909

Un fonds ancien constitué d’environ 15 300 titres reliés depuis 1512 jusqu’à 1960 et de 10 000 brochures et documents classés par matière (du XIXe et XXe siècles essentiellement).

Un fonds moderne (livres entrés depuis 1960) représentant environ 9 000 volumes.

Les principales collections font l’objet de numérisation grâce à un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF). Elles sont consultables en ligne et permettent une recherche par reconnaissance des caractères.

Enfin depuis 4 ans, les titres disponibles et consultables sur rendez-vous à la bibliothèque de l’Académie sont catalogués grâce au logiciel KOHA > Accessible ici

A ce jour, 2623 titres sont répertoriés.

Ces documents rassemblent de larges connaissances sur l’agriculture, l’alimentation et l’environnement.

> En savoir plus sur le fonds documentaire

===

La location des salles historiques de l’Académie (avec respect des règles sanitaires contre la Covid-19)

Situées au cœur de Paris, 18, rue de Bellechasse - Paris 7ème arrondissement, les salles de l'Académie d'agriculture de France peuvent être réservées pour des réunions.

Pour ce faire deux possibilités :

Réserver via notre prestataire Easy Réunion : http://www.easyreunion.fr/

ou

Réserver en sollicitant directement l'Académie : contact@academie-agriculture.fr

Le MENSUEL est une publication de l’Académie d’agriculture de France

Directeur de la publication : Constant Lecoeur
Rédacteur en chef : Christian Saber
Secrétaire de rédaction : Philippe Kim-Bonbled

Comité de lecture : Jean-Louis Bernard, Jacques Brulhet, Michel Candau, Marie-Françoise Chevallier-Le Guyader, Anne-Marie Hattenberger, Constant Lecoeur, André Fougeroux, Yves Brunet, Nadine Vivier, Guy Waksman, Patrick Ollivier, Jean-Jacques Hervé, Philippe Kim-Bonbled

​​Vous appréciez ce Mensuel ?

Faites-le savoir autour de vous et incitez vos interlocuteurs à s'y abonner gratuitement, sur notre site Internet !

L'Académie d'agriculture de France respecte le nouveau Règlement général européen sur la protection des données (RGPD).

Continuer à recevoir ce Mensuel signifie que vous acceptez "en toute connaissance de cause" de continuer à figurer sur sa liste de diffusion.

Si vous ne souhaitez plus figurer sur cette liste de diffusion, nous vous prions d’utiliser le lien proposé par notre diffuseur MAILJET (ci-dessous) pour vous désabonner de tous nos envois en nombre.

Pour nous écrire : contact@academie-agriculture.fr

Pour suivre toute notre actualité : www.academie-agriculture.fr

RETROUVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

LinkedIn, Twitter, Facebook, Instagram

AAF - 18, rue de Bellechasse - 75007 Paris