Vous êtes ici

Chapitre 03.06 : Santé animale et santé humaine

Présentation | Sommaire de l'encyclopédie | Table des matières | Mots clés

03.06.Q01 : La lutte contre les épizooties : quels grands principes ?

Ce qu'il faut retenir de la fiche :

• La lutte contre les épizooties nécessite le plus souvent la combinaison de plusieurs méthodes sanitaires et médicales de manière séquentielle (d'abord la vaccination, puis, quand la pression infectieuse est plus limitée, des méthodes strictement sanitaires), ou concomitante.

• Quelles que soient les méthodes utilisées, les moyens humains et financiers nécessaires à la lutte contre les épizooties sont considérables. Pour cette raison notamment, il est illusoire de vouloir lutter contre toutes les épizooties : seules celles conduisant à des pertes économiques et/ou commerciales majeures ou celles ayant de fortes implications sur la santé publique, doivent donc faire l'objet de mesures de lutte collective.

• Enfin, la lutte contre une maladie épizootique vise le plus souvent à son éradication, ce qui permet de supprimer les pertes directes et de gagner des marchés commerciaux. Cependant, dans une population indemne, les risques de réapparition et de diffusion sont augmentés par rapport à ceux d'une population partiellement immune. Les mesures de biosécurité deviennent alors, dans ce contexte de fragilité, essentielles et nécessairement pérennes.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon final_03.06.q01_lutte_epizooties.pdf

03.06.R01 : Alertes liées aux déclarations de mortalités aigues et troubles des abeilles

L'opinion répandue :

«Il est aujourd’hui évident que les insecticides néonicotinoïdes sont responsables de la mortalité élevée des colonies d’abeilles domestiques.»

L'analyse de l'Académie :

« Le bilan de l’enquête conduite sur l’année 2015 par les services de l’Etat dont les résultats ont été publiés par le ministère de l’agriculture en 2016 montre que les pathologies restent un facteur explicatif dominant de la mortalité des colonies. Parmi celles-ci Varroa destructor reste un problème majeur. Viennent ensuite les mauvaises pratiques apicoles, comprenant des cas d’intoxication à partir d’insecticides non autorisés introduits volontairement dans les ruches pour lutter contre le varroa. Varroa destructor est un acarien parasite des abeilles qui affaiblit considérablement les colonies et transmet des virus pathogènes aux abeilles dont le redoutable DWV. Bien que particulièrement surveillée dans cette enquête, la responsabilité des insecticides employés en agriculture, y compris celle des néonicotinoïdes n’a pu, à aucun moment, être démontrée pour l’année 2015 ».

Source documentaire :

F.MEZIANI, La surveillance officielle des mortalités massives aiguës des abeilles. Bilan 2015 et perspectives. La Santé de l’Abeille , n°275. 2016.

Date de rédaction :

Décembre 2017

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 03.06.r01_alertes_mortalite_troubles_abeilles.pdf