Vous êtes ici

N3AF-2018 (4) – Note de conjoncture : Théories économiques et crises des marchés agricoles : l’exemple du lait

25/10/2018

Notes Académiques de l'Académie d'agriculture de France / Academic Notes from the French Academy of Agriculture

Présentation de la revue / Presentation of the Journal

Les Notes Académiques de l'Académie d'agriculture de France (N3AF) sont un journal d'information et de formation scientifiques. La revue, dans ses éditoriaux, articles originaux, articles d'actualité, notes de conjoncture, publications de fond, revues de la littérature, synthèses, rapports, commentaires critiques d'ouvrage, opinions étayées, textes de conférences, lettres à la rédaction, etc. donne une information actualisée ayant trait à tous les domaines couverts par les dix sections de l'Académie d'agriculture de France.
Nadine Vivier, Dominique Job, Christian Ferault, Jean-Claude Mounolou et Hervé This sont les Membres fondateurs des N3AF. Nous vous invitons à soumettre des manuscrits à herve.this@inra.fr  et à inviter des collègues à publier dans cette nouvelle revue. Merci de consulter les Conseils aux auteurs en suivant le lien https://www.academie-agriculture.fr/publications/les-academiciens-ecrive...

The Academic Notes from the Academy of Agriculture of France (N3AF) are both a scientific newsletter and a training scientific review. The journal, in its editorials, original articles, news articles, conjuncture notes, background publications, literature reviews, summaries, reports, critical book reviews, substantiated opinions, conference papers, letters to the editor, etc. provides updated information related to all areas covered by the ten sections of the Academy of Agriculture of France. Nadine Vivier, Dominique Job, Christian Ferault, Jean-Claude Mounolou and Hervé This are the Founding Members of the N3AF. We invite you to submit manuscripts at herve.this@inra.fr and invite colleagues to publish in this new journal. Thanks to read the Instructions to authors available at https://www.academie-agriculture.fr/publications/les-academiciens-ecrive...

Présentation de la Note / Current Note

Citation : Boussard JM. 2018. Théories économiques et crises des marchés agricoles : l’exemple du lait. Notes Académiques de l'Académie d'agriculture de France / Academic Notes from the French Academy of Agriculture, 2018, 4, 1-12.

Édité par : André Pflimlin, ancien Chargé de mission Europe à l'Institut de l'élevage, Membre de l'Académie d'agriculture de France.

Rapporteurs
Gilles Bazin, professeur émérite de politique agricole, UFR Agriculture comparée, AgroParisTech, Membre de l'Académie d'agriculture de France.

Thierry Pouch, chef économiste à l'APCA (Assemblée permanente des Chambres d'agriculture) et chercheur associé au Laboratoire REGARDS de l'Université de Reims Champagne Ardenne, Membre correspondant de l'Académie d'agriculture de France.


Résumé : Après la suppression des quotas laitiers, la forte baisse du prix du lait a surpris les agriculteurs européens, tentés d’y voir un phénomène exceptionnel, justifiant des mesures ad hoc. Mais on peut aussi l’interpréter comme une situation normale et transitoire dans une économie de marché, pour un produit présentant certaines caractéristiques, en particulier une demande rigide, et une offre élastique à long terme, ce qui est justement le cas des produits agricoles. Dans une telle configuration, en effet, l’équilibre de marché est instable, au sens mathématique du terme, ce qui implique une dynamique des prix faite d’alternances d’excédents et de pénuries. Ces oscillations imprévisibles des prix et des quantités sont très coûteuses, aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs, ce qui annule, et au-delà, les bénéfices que l’on attribue en général à la libéralisation des marchés. Les politiques visant à isoler l’agriculture du marché, comme le faisait la PAC avant 1992, ne méritaient peut-être pas l’opprobre dont elles sont couvertes aujourd’hui.

Abstract: Most analysts were surprised by the sudden milk prices downturn which occurred at the same time as the removal of European milk quotas. In general, they considered it as an exceptional event, justifying ad hoc political interventions, but no revision of the liberal way of thinking. Yet, it is also possible to interpret it as a normal transitory phenomenon, likely to occur on any market when demand is rigid, and long run supply elastic. In such a situation, which is the case of agricultural commodities, the market equilibrium is unstable, in the mathematical meaning of the word. Then, the market dynamic results in a succession of peaks and slumps around the ''normal'' price, which never prevails. The cost of these variations might be greater than the benefit which can be expected from liberalisation. As a consequence, policies aiming at severing all links between agriculture and markets, as was the case of the CAP before1992, were perhaps less detrimental than commonly assessed.

Keywords: milk, markets, dynamics, quota, equilibrium, cobweb, liberalism.
Mots clés : lait, marchés, dynamique, équilibre, cobweb, quotas, libéralisme.

Contact : Jean-Marc Boussard – Académie d’agriculture de France – 18, rue de Bellechasse, 75007, Paris, France (jmarc.boussard@orange.fr)

Jean-Marc Boussard est ingénieur agronome (INA Paris, 1961) et docteur ès sciences économiques (Université de Paris, 1968). Entré à l’INRA au début des années 60, à l’issue de son service militaire comme sous-lieutenant en Algérie, peu porté sur les calculs numériques, il fut conduit, dès son entrée à l’INRA à s’intéresser aux possibilités offertes par les nouveaux « cerveaux électroniques » qui commençaient à se vulgariser. A ses yeux, en permettant l’étude rapide d’un grand nombre d’hypothèses, ceux-ci pouvaient devenir en économie l’équivalent du microscope en biologie.

Comme le calcul électronique coûtait cher, il fut amené à prospecter des financeurs comme la Compagnie du Canal de Provence. A cette occasion fut développée un modèle du comportement des agriculteurs qui, tenant compte du risque, permit de vérifier l’hypothèse selon laquelle le véritable obstacle au passage des céréales en sec aux légumes irrigués en Provence à cette époque était moins le prix de l’eau que la crainte de ne pas pouvoir vendre convenablement des produits aux cours très fluctuants. A partir de là, Jean-Marc Boussard, considéré, comme un spécialiste de l’irrigation, est alors appelé pour des missions d’étude et d’expertise dans de nombreux pays, ce qui lui permet de tester son modèle provençal dans des contextes entièrement différents. .

Cependant, le prolongement naturel de ces modèles dits « microéconomiques » (parce que relatif à des exploitations ou à des firmes) était d’en étudier les implications au niveau national ou mondial, pour trouver une explication plausible aux fluctuations de prix. Après beaucoup d’efforts, cela finit par déboucher sur le modèle ID3 de l’agriculture mondiale qui avait pour but de vérifier la validité dans un monde incertain des prédictions de divers organismes internationaux sur les bénéfices à attendre de la libéralisation des marchés agricoles. Les résultats conduisent à penser que ces bénéfices, très variables, sont moins grands que prévus et peuvent même être négatifs en moyenne. D’où l’idée, encore en chantier, de proposer des solutions alternatives, au moyen de solutions habilement dirigistes telles que des politiques publiques de stockage déstockage.

Plus généralement, Jean-Marc Boussard propose de développer des interfaces entre recherches technique et économique, avec la création de vastes banques de données, qui permettraient de nourrir des modèles pour l’élaboration de politiques agricoles moins incohérentes que celles actuellement mises en œuvre dans de nombreux pays.
.
Il a été membre du comité éditorial de la revue European Review of Agricultural Economics (1976–1993), secrétaire général de la Société Française d’Economie Rurale (1987-1993), président de le Société Française d’Economie Rurale (1992-1997), éditeur associé de la revue Journal of Economic Behaviour and Organization (1996-2002).

Jean-Marc Boussard a reçu deux fois une médaille d’Or de l’Académie d’agriculture de France, en 1973 et 1987. Il est membre titulaire de cette académie depuis 1992 et en  a été président en 2014, après en avoir été vice-trésorier. Il a également été président de l’Union des Académies europénnes d'agriculture (2004-2006)

Il est auteur, éditeur ou coéditeur de nombreux ouvrages, dont on peut en particulier citer : Les prix agricoles-Nouveau dialogue sur le commerce des bleds (L’Harmattan, Paris, 2017) ; Économie de l'agriculture (Collection Economie agricole & agro-alimentaire, FeniXX réédition numérique, 2016) ; L'alimentation du monde et son avenir (L’Harmattan, Paris, 2009) ; La régulation des marchés agricoles internationaux-Un enjeu décisif pour le développement (L’Harmattan, Paris, 2007) ; Agriculture, régions et organisation administrative-Du global au local (L’Harmattan, Paris, 2002). Ses nombreuses publications sont disponibles en suivant le lien https://www.researchgate.net/profile/Jean-Marc_Boussard.