Vous êtes ici

Nécessité d’un changement de paradigme pour étudier la nutrition et la fertilisation azotée des cultures

20/04/2022
Par Alain Gojon, François Gastal

Lemaire G, Gojon A, Gastal F, Briat JF. 2021. Necessité d’un changement de paradigme pour étudier la nutrition et la fertilisation azotée des cultures, Notes Académiques de l'Académie d'agriculture de France / Academic Notes from the French Academy of Agriculture, 2022, 1, 1-26.

Résumé
La fertilisation azotée des cultures a longtemps été fondée sur une analyse statistique de la réponse de leur rendement à des doses croissantes de fertilisants. Ce pronostic a conduit à une pratique d’assurance où l’on applique des doses d’azote excessives, afin de ne pas pénaliser les rendements. Une méthode prévisionnelle du bilan d’azote d’une culture a été mise au point pour corriger cette tendance, mais elle reste très imparfaite. Le diagnostic de l’état de nutrition azotée d’une culture a récemment émergé, résorbant l’incertitude liée à la variabilité des conditions locales. Ce diagnostic, intégré dans des algorithmes d’aide à la décision, permet d’effectuer les apports de fertilisants seulement « là » et « quand » l’état nutritionnel des cultures le nécessite. Cette précision doit permettre d’atteindre les rendements fixés en minimisant les impacts environnementaux.

Abstract
Nitrogen fertilization of crops has long been based on a statistical analysis of the response of their yield to increasing doses of fertilizers. This prognosis has led to an insurance practice applying excessive doses of nitrogen so as not to penalize yields. A method for predicting the nitrogen balance of a crop has been developed to correct this trend but remains too highly imprecise.  Diagnosis of the nitrogen nutrition status of a crop has recently emerged, reducing the uncertainty linked to the variability of local conditions. This diagnosis, integrated into decision support algorithms, makes it possible to apply fertilizers only “where” and “when” the nutritional status of the crops requires it. This precision must make it possible to achieve the targeted yields while minimizing the environmental impacts.