Vous êtes ici

Prix Jean DUFRENOY

Présentation
Ce prix annuel (5.000 euros) est attribué à un chercheur français âgé de préférence de moins de quarante ans, dont les travaux ont été inspirés en quelque mesure par l’œuvre de Jean Dufrenoy. Une partie au moins de ces travaux doit se caractériser par son originalité et il est souhaitable que leurs résultats aient fait l’objet d’une critique statistique. Les travaux entrepris doivent aussi avoir donné lieu ou être susceptibles de donner lieu à des applications pratiques au bénéfice de l’agriculture.
Candidature
Les propositions concernant l'attribution de ce prix peuvent être faites par les différentes sections de l'Académie car la diversité des orientations de l'oeuvre de Jean DUFRENOY se retrouve dans les travaux de ses disciples sur lesquels l'attention de la compagnie pourra éventuellement se porter.
Attribution
L'attribution est faite par la Commission académique.

2017

5 000 €

Nathalie NESI, pour ses travaux remarquables sur le développement des graines de crucifères, l’adaptation du colza aux stress environnementaux et le développement d’outils de génomique chez cette espèce, au service de l’agriculture. (Rapporteurs : Georges Pelletier, Dominique Job, Yvette Dattée et André Gallais).

2016

5 000 €

Fabrice MARTIN-LAURENT, pour l'ensemble de ses travaux sur le devenir des produits xénobiotiques dans les sols, les mécanismes microbiens impliqués dans leur biodégradation, leurs impacts écotoxicologiques et la définition de stratégies pour limiter leurs effets. (Rapporteur : Jean-Claude Germon).

2015

5 000 €

Loïc LEPINIEC, pour son dynamisme et son implication tant dans la recherche de très haut niveau que dans la gestion des collectifs et de l’enseignement et sa vision prospective des sciences du végétal. (Rapporteurs : Yvette Dattée, Georges Pelletier et Dominique Job).

2014

Prix de 5.000 €

Meriem FOURNIER, pour ses travaux en bio-mécanique des arbres tempérés et tropicaux avec énergie, qui ont permis d'importants progrès concrets à la fois pour la sylviculture et pour l'industrie du bois. (Rapporteur : Bernard Roman-Amat).

2013

Prix de 5.000 €

Olivier LE GALL, pour ses recherches sur les mécanismes des relations virus-plantes et la promotion d’une protection intégrée des cultures où la pluridisciplinarité se conjugue avec les technologies innovantes. (Rapporteurs : Catherine Regnault-Roger et Yvette Dattée).

2012

Prix de 5 000 €

Catherine FEUILLET, pour la qualité et le bien-fondé de ses travaux en biologie moléculaire du blé, sa reconnaissance internationale et ses aptitudes à l’animation d’équipes pluridisciplinaires. (Rapporteurs : Yvette Dattée, Georges Pelletier et Dominique Job).

2011

Prix de 5 000 €

Denis BOURGUET, pour la nouveauté de ses recherches en dynamique et génétique de populations d’insectes phytoravageurs ; ses résultats ont conduit à des applications utiles pour une protection « biologique » des cultures, faisant de M. BOURGUET un expert écouté des comités de biotechnologie et du public (Rapporteur : Catherine Regnault-Roger).

2010

Prix de 5 000 €

Vincent COLOT, directeur de recherche au CNRS, pour l’originalité de ses travaux sur l’épigénétique qui donnent une vision nouvelle sur la genèse et le maintien de la variabilité génétique comme de divers processus de régulation. Ces travaux de génétique fondamentale trouveront des applications importantes en amélioration des plantes. (Rapporteur : Yvette Dattée).

2009

Prix de 5 000 €

Sandra LAVOREL, directeur de recherche au CNRS de Grenoble, pour l’ensemble de ses travaux consacrés au fonctionnement des écosystèmes et à leur effet sur les paysages en réponse aux changements globaux. (Rapporteur : Jean-Claude Germon).

2008

Prix de 5 000 €

Jean-Christophe GLASZMAN, pour ses travaux de recherche innovants en matière de génétique et de génomique des espèces d’intérêt en milieu tropical. (Rapporteurs : Yvette Dattée et André Gallais).

2006

Prix de 5 000 €

Nathalie BRÉDA, directeur de recherche à l’INRA de Nancy, pour avoir développé une approche interdisciplinaire novatrice lui permettant d’élucider certaines causes des dépérissements forestiers et d’établir le rôle essentiel de la sécheresse dans leur déclenchement. (Rapporteurs : Henri Décamps et Alain Perrier).

2005

Prix de 5 000 €

Tancrède VOITURIEZ, économiste, CIRAD-ECOPOL, pour l'originalité de ses travaux d'économie quantitative sur les fluctuations des prix des matière premières d'origine agricole, et pour son effort de publication de plusieurs ouvrages sur la politique et le commerce agricoles. (Rapporteurs : Jacques Weber et Jean-Marc Boussard).

2004

Prix de 5 000 €

Mathilde CAUSSE, directrice de recherches à l'INRA, unité de génétique et amélioration des fruits et légumes de Montfavet, pour ses remarquables travaux sur la génétique et la sélection de la qualité chez la tomate, ainsi que sur le développement de nouveaux outils de sélection pour divers systèmes biologiques. (Rapporteur : Yvette Datée et André Gallais).

2003

Prix de 4 575 €

Alain CHARCOSSET, directeur de recherches à l'INRA, Station de génétique végétale du Moulon, pour avoir renouvelé les pratiques de la sélection du maïs en y impliquant les avancées les plus prometteuses de la génétique. (Rapporteurs : Yvette Datée, André Gallais et Jean-Pierre Monod).

2002

Prix de 4 575 € à partager également entre :

Marie-Hélène BALESDENT et Thierry ROUXEL, chargés de recherches à l’INRA, Centre de Versailles, pour leurs contributions à la compréhension du couple Leptosphaeria maculans/colza et au renouvellement de nos connaissances sur la résistance de l’hôte et la virulence du parasite. (Rapporteur : Frantz Rapilly).

2001

Prix de 30 000 F

Anne-Marie CHEVRE, directeur de recherches à l'INRA, Station d'amélioration des plantes de Rennes, pour ses recherches sur les relations entre les espèces oléagineuses et l'application des résultats à l'amélioration du colza. (Rapporteur : Yvonne Cauderon).

2000

Prix de 5 000 €

Christophe CLÉMENT, pour ses travaux sur la floraison de la vigne et sa défense vis-à-vis des pathogènes. (Rapporteurs : Michel Desprez, Georges Pelletier et Jean-Claude Mounolou).

2000

Prix de 30 000 F

Claire CHENU, directeur de recherches à l'INRA, directeur de l'unité de Science du sol de Versailles, pour l'importance de ses travaux fondamentaux et de valorisation sur la matière organique des sols, sur les liaisons organo-minérales et pour les services rendus à la collectivité scientifique en ce domaine dans le cadre du respect de notre environnement. (Rapporteur : Marcel Jamagne).

1999

Prix de 30 000 F

Mariane LEFORT, directeur de recherches à l'INRA, directeur du Bureau des Ressources génétiques, pour sa contribution essentielle à l'élaboration et à la mise en place d'une politique nationale de gestion des ressources génétiques. (Rapporteurs : Jean-Claude Mounolou, Yvette Dattée et Jean-Pierre Monod).

1998

Prix de 30 000 F

Jean PINON, directeur de recherches à l'unité de Microbiologie, Biogéochimie et Pathologie des Écosystèmes forestiers de l'INRA de Nancy, pour l'ensemble de ses travaux réalisés dans un cadre pluridisciplinaire international et portant sur la variabilité et l'épidémiologie de champignons parasites d'arbres forestiers. (Rapporteur : Maurice Ritter).

1997

Prix de 30 000 F

Jean-Claude GERMON, directeur de recherches au Laboratoire de Microbiologie des Sols de l'INRA à Dijon, pour l'ensemble de ses travaux mettant en évidence le rôle de la composante biologique microbienne dans le fonctionnement des sols, particulièrement en ce qui concerne la géoépuration et l'émission d'oxyde d'azote par les sols. (Rapporteur : Marcel Jamagne).

1996

Prix de 30 000 F

Jean-Baptiste DENIS, directeur de recherches à l'INRA, pour l'ensemble de ses travaux dans le domaine de la biométrie, en particulier l'étude des interactions génotype-milieu qu'il a conduite en étroite collaboration avec des biologistes et avec des sélectionneurs. (Rapporteur : F. Rapilly).

1995

Prix de 30 000 F

Corinne LEYVAL, chargée de recherche au Centre de Pédologie du CNRS (Vandoeuvre lès Nancy), pour ses travaux sur les interactions micro-organismes-racines-sols qui permettent de proposer des procédés biologiques pour le traitement des sols contaminés. (Rapporteur : Georges Pédro).

1994

Prix de 30 000 F

Jean NOBLET, directeur de recherches à l'INRA (Rennes), pour ses travaux sur la nutrition du porc qui ont permis notamment l'élaboration d'un modèle de prévision du besoin énergétique de la truie et la mise au point d'un nouveau système, utilisé au niveau international, pour l'évaluation de la teneur en énergie nette des éléments nutritifs. (Rapporteur : Yves Henry).

1993

Prix de 30 000 F

Jérôme BALESDENT, directeur de recherches à l'INRA, pour ses travaux sur les relations entre la nature, la localisation et la dynamique d'évolution des matières organiques des sols, qui ont permis un approfondissement des connaissances sur le cycle général du carbone à la surface du globe. (Rapporteur : Georges Pédro).

1992

Prix de 30 000 F

Gilles CHARMET, chargé de recherches à l'INRA, pour ses travaux de prospection, d'étude, de conservation et d'utilisation en sélection des populations de ray-grass. (Rapporteur : Yvonne Cauderon).

1991

Prix de 30 000 F

Pierre DEVAUX, responsable du laboratoire de Cytologie et de Biotechnologies végétales aux Ets Florimond DESPREZ, pour la mise au point de biotechnologies et leur intégration dans les schémas d'amélioration des plantes. (Rapporteur : Robert Stroppiana).

1991

3 Prix de 10 000 F

Jean-Jacques DREVON, chargé de recherches à l'INRA, pour ses recherches sur les aspects énergétiques et enzymatiques de la fixation de l'azote par les associations symbiotiques légumineuses/bactéries, et pour leur application en vue de la sélection. (Rapporteur : Alexis Moyse).

Nicolas FEDOROFF, maître-assistant à l'INA-PG, pour ses travaux de micromorphologie des sols et pour son rôle d'animation et de formation dans cette branche de la pédologie. (Rapporteur : Jean Boulaine).

Hervé LECOQ, directeur de recherches à l'INRA, pour ses recherches sur la transmission de virus chez divers végétaux et sur les facteurs de sensibilité des plantes-hôtes, et pour leur application à la création de variétés résistantes. (Rapporteur : Frantz Rapilly).

1989

1 Prix de 20 000 F et 1 Prix de 10 000 F

Bernard CHEVASSUS, chef du Département d'hydrobiologie et de la faune sauvage à l'INRA, et Daniel CHOURROUT, directeur du Laboratoire de génétique des poissons à l'INRA, pour leurs recherches sur la génétique des salmonidés et pour l'utilisation pratique de la polyploïdie et de l'hybridation interspécifique dans l'amélioration des truites d'élevage. (Rapporteur : Pierre Zert).

Yvette DATTÉE, directeur de recherches à l'INRA, pour ses recherches et pour ses enseignements en vue de l'application à l'amélioration du colza et de la luzerne des approches de la génétique quantitative et des méthodes de la culture in-vitro. (Rapporteur : Yvonne Cauderon).

1988

3 Prix de 10 000 F

Serge MULLER, maître-assistant de botanique et écologie végétale à l'INA de Paris-Grignon, pour ses travaux sur l'écologie et leur application à la gestion des zones abandonnées par l'agriculture. (Rapporteur : Yvonne Cauderon).

Robert LETOUZÉ, directeur adjoint du Laboratoire de Recherches de physiologie végétale d'Angers, pour ses travaux d'application en matière de multiplication végétative in vitro. (Rapporteurs : Alexis Moyse et Robert Minier).

Bernard DREYFUS, chargé de recherches à l'ORSTOM, pour ses travaux sur la fixation d'azote par les Rhizobium associés à des légumineuses arbustives tropicales. (Rapporteur : Jeau Boulaine).

1987

2 Prix de 15 000 F

Jean-Marc MEYNARD, maître assistant à la chaire d'Agronomie de l'INA Paris-Grignon, pour ses travaux sur la conduite des cultures de blé d'hiver. (Rapporteur : Stéphane Hénin).

Bernard MONTIES, directeur de recherches à l'INRA, pour ses travaux sur la composition, la biosynthèse et la dégradation des lignines. (Rapporteur : Alexis Moyse).

1986

2 Prix de 15 000 F

Georges PELLETIER, chercheur à l'INRA, pour ses travaux sur l'androgenèse et les fusions de protoplastes, et leur application à l'amélioration des plantes. (Rapporteur : Francis Levieil).

Françoise CORBINEAU, chercheur au CNRS, pour ses travaux sur la germination de diverses espèces végétales d'intérêt agronomique. (Rapporteur : Roger Ulrich).

1985

Prix de 15 000 F

Gérard GUIRAUD, ingénieur au service de radioagronomie du CEA au centre de Cadarache, pour l'ensemble de ses travaux, présentés notamment dans sa thèse de doctorat d'état, consacrés à l'utilisation du marquage isotopique dans l'étude des transferts d'azote à l'intérieur des systèmes sol-plantes ainsi qu'aux conséquences des résultats pour la gestion agricole de l'azote. (Rapporteur : Alexis Moyse).

1984

2 Prix de 10 000 F

Bernadette DUBOS, ingénieur à la station INRA de pathologie végétale de Bordeaux, pour ses travaux de parasitologie de la vigne, en particulier sur l'épidémiologie de Botrytis cinerea et sur des phénomènes d'antagonismes microbiens qui pourraient être utilisables dans une lutte biologique. (Rapporteur : Georges Viennot-Bourgin).

Yves HERVÉ, maître de conférences à l'ENSA de Rennes, pour ses travaux d'amélioration du chou-fleur, qui ont abouti notamment à la création d'une gamme de variétés hybrides représentant un grand progrès en matière de rendement de qualité. (Rapporteur : André Cauderon).

1983

2 Prix de 10 000 F

Joseph BOVÉ, professeur à l'Université de Bordeaux II et directeur de recherches à l'INRA, pour l'ensemble de ses travaux sur la photosynthèse, l'enzymatologie, la virologie. Spécialiste de réputation internationale, il a effectué de nombreuses missions dans toutes les régions agrumicoles du globe. (Rapporteur : Georges Viennot-Bourgin).

Camille DEMARQUILLY, directeur de recherches adjoint à l'INRA, pour l'ensemble de ses travaux sur les problèmes d'alimentation des ruminants. Il les a abordés, avec une grande ouverture d'esprit, en prenant en compte les facteurs agronomiques qui déterminent la valeur alimentaire des végétaux. Ses tables de valeur alimentaire sont très largement utilisées ainsi que les méthodes de conditionnement et d'utilisation des fourrages qu'il a recommandées. (Rapporteur : Henry Rouy).

1982

2 Prix de 10 000 F

Robert DUMAS DE VAULX, maître de recherches à l'INRA à la station d'Avignon-Montfavet, pour l'ensemble de ses travaux sur les approches cytologiques de l'amélioration des plantes. Il a notamment développé des méthodes originales pour utiliser l'hybridation interspécifique, la polyploïdie et l'androgenèse et a participé ainsi à la création de variétés supérieures. (Rapporteur : André Cauderon).

Yvon ROBERT, pour sa thèse de doctorat d'État "Recherches sur les pucerons en Bretagne". Très important travail rapportant les résultats de 10 ans de recherches effectuées dans 3 régions particulières, mettant notamment en évidence les relations entre les modalités de la phase hivernale et l'importance des risques de contamination des cultures avec leur incidence dans l'extension des viroses de la pomme de terre. (Rapporteur : Paul Pesson).

1981

2 Prix de 10 000 F

André-Christian FERAULT, station de pathologie végétale INRA Versailles, pour sa thèse de Docteur-Ingénieur mettant en évidence l’existence et l’action de particules de type viral dans le mycélium du champignon responsable de la maladie du piétin du blé. L’auteur, dans un mémoire concis et ordonné, en utilisant une méthodologie originale, établit les relations entre les souches de piétin et la présence des particules virales et ses observations l’amènent à évoquer les difficultés d’établissement d’une lutte biologique. (Rapporteur : Georges Viennot-Bourgin).

Luc DECOURTYE, maître de recherches à l’INRA, directeur de la station de recherches d’arboriculture fruitière d’Angers, pour ses travaux d’application de la mutagenèse et de l’hybridation à l’amélioration du Pommier et de diverses espèces ligneuses ornementales. Ses recherches ont porté particulièrement sur l’amélioration de la résistance aux principales maladies. C’est ainsi qu’il a obtenu la première variété moderne de pommier résistante à la Tavelure, qu’il a étudié les résistances génétiques au Feu bactérien du Poirier, et qu’il a entrepris un programme prometteur en vue de créer des variétés peu sensibles à l’Oïdium. (Rapporteur : André Cauderon).