Vous êtes ici

France - Part de la superficie des grandes cultures semée sans labour préalable (2001-2014)

L'opinion répandue :

« Le semis sans labour est une technique qui reste minoritaire sur les grandes cultures en France ».

L'analyse de l'Académie :

« Le labour est une méthode de préparation des terres avant semis reconnue exigeante en énergie fossile (gas-oil), susceptible de dégrader physiquement les sols, d’accroître l’érosion, de perturber la biodiversité, d’accélérer le déstockage du carbone et le lessivage des nitrates. En revanche, les techniques sans labour préalable associées à une gestion intégrée du désherbage limitent ces impacts, réduisent les intrants et stimulent l’activité biologique des sols (d’après le Commissariat général au développement durable. 2015). En France, l’implantation des cultures sans labour tend à devenir la méthode dominante pour des cultures telles que le colza, le blé dur, le blé tendre et l’orge. Elle continue à progresser sur le maïs grain, le maïs fourrage et les pois protéagineux. Le semis sans labour représente plus du tiers de la superficies des grandes cultures. Il est fortement soutenu par l’emploi des herbicides non sélectifs, catégorie aujourd’hui représentée par le seul glyphosate. »

Source documentaire :

Agreste – Enquêtes sur les pratiques culturales des années correspondantes

Date de rédaction :

Décembre 2018

Pour télécharger le Repère au format PDF, cliquer ci-dessous :