Vous êtes ici

Adapter les écosystèmes forestiers à un environnement changeant

09/10/2013 à 15h00
Animateur(s) :

En absence de diffusion, l'écran noir ci-dessus ne sera pas cliquable.

Du fait des changements globaux, plusieurs services rendus par les écosystèmes forestiers, sont mis en question : production de biomasse et de bois, biodiversité (dont les ressources génétiques), ressources en eau, bilan de carbone. Au cours des dernières décennies, de nombreux programmes et projets de recherche ont été ciblés sur l’évaluation de la vulnérabilité des écosystèmes forestiers au changement du climat. L’effort de recherche sur l’adaptation est plus récent. Le contexte du changement global pose des défis à la foresterie parce que les changements environnementaux, les mesures adaptatives et les réponses écologiques vont opérer à une échelle de temps comparable (plusieurs décennies). C’est pourquoi les forestiers doivent agir dès aujourd’hui. Ils doivent entreprendre sans retard supplémentaire l’exécution de mesures adaptatives basées sur les connaissances existantes même entachées d’incertitudes multiples. L’impact de ces mesures ne sera perceptible que dans un avenir proche mais incertain, et donc le temps pour expérimenter fait défaut. Ceci conduit à la fois à se placer dans un contexte de recherche/action marqué d’incertitudes évolutives, et à engager des projets de recherche innovants. Les mesures visant à améliorer l’adaptabilité et/ou l’adaptation des écosystèmes forestiers incluent à la fois des objectifs à court et moyen terme (durabilité forestière, résilience, évolution). Elles peuvent être utilisées pour préserver ou restaurer l’écosystème (résistance, résilience) ou pour modifier l’écosystème (adaptabilité, évolutivité). Elles concernent de nombreux acteurs opérant à différents niveaux d’échelle spatiale et en faveur de différents services fournis par les écosystèmes. Parmi les lacunes scientifiques obérant une mise en œuvre rationnelle des mesures adaptatives, figurent en particulier les démarches intégratives, qui considèrent simultanément plusieurs services et processus de l’écosystème, à des échelles spatiales pertinentes. La séance du 9 octobre 2013 vise à illustrer, par trois exemples, quelques voies d’action possibles. La séance présentera dans un ordre logique : i) la possibilité de proposer des stratégies d’action fondées sur l’état actuel des connaissances et leurs incertitudes ; ii) l’intérêt et les limites du concept de gestion adaptative ; iii) des voies prometteuses engagées par la recherche.

Exposé(s)
Les mesures d’adaptation mises en œuvre en France par les gestionnaires forestiers ; exemple de l’ONF.
Myriam Legay, Ingénieur en Chef des PEF, ONF, Département R&D, Nancy
La gestion adaptative des forêts : concepts et approches.
Thomas Cordonnier, Ingénieur-Chercheur, IRSTEA, Grenoble
Perspectives ouvertes par une approche intégrée des processus de dynamique, de fonctionnement et de diversité, le cas du Mont Ventoux
François Lefèvre, Directeur de Recherche, INRA-Avignon