Vous êtes ici

Réponses des arbres et des forêts aux sécheresses, notamment caniculaires

16/02/2022 à 14h30
Séance organisée en hommage à Gilbert AUSSENAC et Pierre CRUIZIAT

Le changement climatique expose de plus en plus fréquemment les arbres et les forêts à des épisodes de sécheresses combinées ou non à des températures élevées. L’occurrence de sécheresses caniculaires augmente. La sécheresse sur une grande étendue participe d’ailleurs à l’élévation de température résultant de la réduction importante d’évapotranspiration  et donc du refroidissement qu’elle procure.
Pour aborder l’impact de ces sécheresses sur le fonctionnement des arbres, il faut  tout d’abord  faire un point sur le fonctionnement hydrique des arbres, seuls ou en peuplement, ainsi que sur l’impact de l’état hydrique sur la physiologie (fonctionnement carboné et autres processus). Deux chercheurs d’INRAE, disparus récemment, Gilbert Aussenac () et Pierre Cruiziat () ont consacré leur carrière au fonctionnement intégré de l’arbre et de la forêt et ont développé des recherches pionnières sur l’importance des facteurs hydriques. Cette séance permettra d’honorer leur mémoire.
Il s’agira dans un deuxième temps d’analyser l’effet sur les peuplements  des événements extrêmes observés dans les temps récents. Quels sont les facteurs qui accentuent ou réduisent la mortalité ?  On n’abordera ici que les processus physiologiques, réservant les facteurs biotiques (insectes, …) à une séance à venir. De même la génération d’incendies dévastateurs induites par les sécheresses sera abordée ultérieurement. DES SÉANCES Y ONT ÉTÉ CONSACRÉES. Donner quelques chiffres (à vérifier) : épicea en Europe depuis 2018 des centaines de millions de m3 de bois concernés ; l’épisode de sécheresse induisant Dendroctone du pin ponderosa puis vastes incendies = 1 milliard de m3. En Surfaces.
Ceci conduira dans un troisième temps à présenter des pistes pour demain au travers, par exemple de recherches sur sylvicultures innovantes et/ou  de mélanges d’espèces permettant d’atténuer l’impact des sécheresses.

Exposé(s)
Les bases physiologiques de la vulnérabilité des arbres aux sécheresses, importance des processus de cavitation du xylème
Hervé COCHARD
Sécheresses et réchauffement climatique : Impacts sur le fonctionnement hydrique et carboné des arbres
Charlotte GROSSIORD, 1Professeur École Polytechnique Fédérale de Lausanne EPFL, School of Architecture, Civil and Environmental Engineering ENAC, 1015 Lausanne, Switzerland - Swiss Federal Research Institute WSL, Zürcherstrasse 111, 8903 Birmensdorf, Switzerland
Rôle de la structure des couverts forestiers et de l’indice foliaire. Sylvicultures innovantes adaptées pour la gestion de l’état hydrique. Importance des mélanges d’espèces
Nathalie BRÉDA
Conclusion