Vous êtes ici

Autour de la ferme de Claude Monnier, une exploitation productive durable

28/01/2015 à 15h00

En absence de diffusion, l'écran noir ci-dessus ne sera pas cliquable.

C'est un honneur pour notre Académie de rendre hommage à un confrère membre de l'Académie depuis 1976, agriculteur à Tremblay-les-Villages commune située entre Chartres et Dreux dans le département d'Eure et Loir. Si Claude Monnier peut nous relater les changements de l'agriculture depuis plus de 70 ans il dispose d'archives tout à fait exceptionnelles décrivant l'évolution de son exploitation. De 1936 à 2013 nous disposons de données sur les sols et de leur évolution, sur les assolements et leur adaptation aux demandes de l'économie et aux contraintes des milieux. On peut aussi identifier l'émergence et la disparition de filières de productions avec leurs répercussions sur l'exploitation. De la sorte nous pouvons porter un diagnostic précis sur la durabilité des systèmes de production. Il revient à Claude Monnier d'avoir été à l’affût des voies les plus pertinentes pour préserver les milieux et même de les améliorer par des pratiques responsables, et qui ont en même temps permis d'obtenir une progression spectaculaire des rendements des cultures, laquelle continue à progresser encore aujourd'hui. Dans l'effervescence de l'agriculture dans l'après deuxième guerre mondiale le département d'Eure et Loir a été en pointe. Des personnalités de premier plan ont permis de développer les structures créées dans l'avant guerre (coopératives, assurances, banques...). En liaison avec la direction des services agricoles, avec le soutien de la Chambre d’Agriculture, avec la création des Centres d’Études Techniques Agricoles et leur lien fort avec la recherche (Chartres est à 70 km de Versailles) le département a été en pointe dans de nombreux domaines pour la modernisation de l'agriculture. Des travaux d'infrastructure comme le drainage des sols humides (~100 % dans le Faux Perche) a permis de développer les zones marginales de manière incomparable. L’Eure et Loir a été pionnier dans l'implantation du maïs dans le Nord de la France et dans l'irrigation de complément. Pour la production animale c'est à La Loupe qu'a été créé le premier centre d'insémination artificielle permettant, à partir de l'expérience héritée de l'élevage du cheval, d'organiser et améliorer la filière élevage (lait, viande) dans le Perche. Aujourd'hui le département est essentiellement tourné vers la production de céréales, mais aussi de cultures légumières, même si des filières de productions se mettent en place afin de rapprocher les consommateurs du producteur dans le contexte d'un département proche de la mégapole parisienne.

Exposé(s)
La ferme de Baillette, intensivité et développement durable : une longue navigation de 1945 à 2015
Claude MONNIER
Eure et Loir, des agriculteurs en pointe dans la maîtrise des milieux et la modernisation de l'agriculture
Daniel TESSIER
La ferme de Baillette: évolution des assolements, des rendements et des sols
Bernard LE BUANEC