Vous êtes ici

Eaux et forêts : nouveaux regards sur une question ancienne

03/04/2013 à 15h00
Animateur(s) :

En absence de diffusion, l'écran noir ci-dessus ne sera pas cliquable.

Le récent forum mondial de l’eau (Marseille, mars 2012) a rappelé avec force l’importance de l’eau, source de vie pour les écosystèmes et les sociétés. Occupant 25% du territoire français et 40% de l’Europe à 27, les forêts ont une grande influence sur le cycle hydrologique. Leur rôle dans le cycle de l’eau est reconnu depuis longtemps, même si la perception qu’en ont la société et les décideurs, reste marquée de nombreuses idées reçues, allant parfois à l’encontre des données scientifiques. Il est admis aujourd’hui, qu’un changement de paradigme est nécessaire : il convient de considérer l’eau dans sa globalité (et non pas la seule « eau bleue », celle que nous consommons : besoins domestiques, agriculture, industrie), mais aussi l’eau verte : élément fondamental du fonctionnement des écosystèmes forestiers, dont dépendent à leur tour les nombreux biens et services (dont l’eau elle-même) qu’ils fournissent. Dans les dernières années, les interrogations et les débats sur le changement climatique, son impact sur les écosystèmes forestiers et leur rôle dans son atténuation ont fortement privilégié une approche « carbo-centrée », ce qui a contribué à perdre de vue le facteur eau. Remettre l’accent sur l’eau est particulièrement justifié dans la perspective des changements du climat et de l’utilisation des terres. La question des interactions entre forêt et eau, marquées par de fortes variabilités spatio-temporelles et soumises à d’importants effets d’échelle, est très complexe, et justifierait de longs développements. Pour rester dans le créneau d’une séance, le choix a été fait de mettre l’accent sur trois thèmes ayant fait récemment l’objet d’avancées scientifiques dont certaines ouvrent la porte à des applications potentielles.

Introduction
Exposé(s)
Les zones forestières influencent-elles le régime des pluies ? Les faits et leur interprétation
Bernard SAUGIER
Une sylviculture « hydrocentrée » est-elle possible ?
Nathalie BRÉDA
Nouvelles approches pour optimiser la gestion forestière favorisant les services des écosystèmes liés à l’eau
Bart Muys , Professeur, Université Catholique de Louvain, Belgique