Vous êtes ici

La crise du climat, le GIEC et les agriculteurs

12/06/2019 à 14h30

En absence de diffusion, l'écran noir ci-dessus ne sera pas cliquable.

Le réchauffement climatique récent et son attribution aux activités humaines ne sont plus questionnés. Les sciences du climat sont sous les feux de la rampe depuis une trentaine d’années ; la synthèse des connaissances et leur transmission vers un public éclairé et décideur sont rythmées par la sortie des rapports du GIEC . Les projections climatiques, fonctions de divers scénarios socio-économiques, sont régulièrement produites par les climatologues. Utilisées par les scientifiques de diverses disciplines, elles permettent d’anticiper les conséquences des activités humaines sur une grande diversité de ressources (e.g. écosystèmes naturels et gérés, ressources en eau, biodiversité, …).
Les communautés scientifiques réunies autour des rapports du GIEC proposent également l’examen de solutions permettant de réduire significativement le réchauffement climatique, afin de le limiter en deçà des 1,5°C . A l’heure actuelle, les politiques climatiques du monde entier, y compris celle de la France, sont loin des objectifs fixés par l’Accord de Paris en 2015, impliquant des risques importants notamment pour la France qui va devoir faire face à une augmentation des évènements extrêmes (e.g. canicules, sécheresses, hausse du niveau des mers, acidification de la mer). En Août 2019, le GIEC publiera un nouveau rapport spécial centré sur les liens entre le climat, la désertification, la dégradation des terres, la sécurité alimentaire, et les flux de gaz à effet de serre émis par les surfaces terrestres .
Cette séance propose tout d’abord une présentation de l’état actuel de notre climat en 2019, son évolution passée et ses diverses trajectoires futures possibles. Nous présentons ensuite une information sur les mécanismes en jeu lors de la rédaction et approbation des rapports du GIEC, pour éclairer notre public sur le travail conséquent de synthèse scientifique qu’il y a derrière. Nous nous pencherons sur les risques que ces diverses trajectoires font peser sur le secteur agricole français, impacté par le climat en métropole mais également par les conséquences des changements à l’échelle du globe. Finalement, la question sur la stabilisation du climat et les implications d’un monde « zéro carbone » pour la société et les différents secteurs économiques sera présenté sous la lumière du rapport récent du GIEC sur les 1.5°C.

Exposé(s)
Changement climatique : évaluation des connaissances, état des lieux et projections pour l'avenir
Valérie MASSON-DELMOTTE, CEA, IPCC, Directrice de Recherche au LSCE (CEA-CNRS-UVSQ/IPSL), Université Paris Saclay; Co-chair du WGI du GIEC
Changement climatique et l’agriculture : évidences passées et risques / opportunités à venir pour la filière agricole en France
Jean-François SOUSSANA, Vice-Président de l’INRA en charge de la Politique Internationale
Stabiliser le climat, c’est possible ?
Henri WAISMAN , Chercheur à l’IDDRI