Vous êtes ici

13/14h00 : "Quelles variétés pour l'agroécologie"

26/01/2022 à 13h00
Intervention de Christian HUYGHE, directeur scientifique INRAe et membre de la section 1 pour une conférence  suivie d'une discussion.

Christian HUYGHE présentera en conférence 13h – 14 h le Mercredi 26 janvier 2022, les principaux résultats de l’étude qu’il a coordonnée suite à la  saisine du Conseil Scientifique du CTPS par le CTPS plénier. Elle a porté sur 4 domaines :


1) L’évolution des espèces, variétés, semences et plants et plus largement la diversité spécifique et génétique nécessaire, i.e. la diversité fonctionnelle, pour maximiser les régulations biologiques au service de l’agriculture, ce qui conduit notamment à s’interroger sur l’évolution des systèmes de cultures et les traits à évaluer. Ce point a conduit à analyser la pertinence de mobiliser le concept d’holobionte, i.e. la communauté végétale et la communauté microbienne associée.


2) Le rôle que pourrait jouer les démarches participatives, dont les cadres théoriques ont été largement consolidés, à la fois pour la création du matériel végétal et pour son évaluation, puisque la transition agroécologique conduit à maximiser la dépendance aux conditions locales. Ceci vient interroger les cadres réglementaires de l’inscription des variétés et de la commercialisation des semences.


3) Les modalités d’évaluation des variétés pour l’agroécologie, ce qui interroge à la fois les dispositifs expérimentaux et les règles de décision
4) Les modalités de mise à disposition des résultats auprès des utilisateurs. Le rôle de tiers de confiance joué aujourd’hui par les offices d’examen doit être revisité à la fois pour la validation des résultats et pour leur diffusion auprès des utilisateurs.


En conclusion, cette saisine a permis de souligner i) comment l’innovation variétale pour la transition agroécologique permet de contribuer à concilier performance productive, production d’une alimentation saine, de qualité et accessible à tous et préservation de l’environnement et ii) la nécessité de considérer la variété végétale dans son système de production, y compris en faisant évoluer le concept de variété. Elle a souligné l’importance de la dépendance aux conditions locales et de l’incidence sur la taille des marchés et donc les modèles économiques et identifié les conditions de succès de cette transition.