Vous êtes ici

Chapitre 02.02 : Les écosystèmes forestiers et leurs fonctions

Présentation | Sommaire de l'encyclopédie | Table des matières | Mots clés

02.02.Q12 : Les arbres sont-ils connectés par les réseaux de champignons mycorhiziens ?

Un arbre peut être associé à plusieurs champignons mycorhiziens, et vice versa : il en résulte des réseaux mycorhiziens reliant les arbres entre eux, et à certaines plantes de sous-bois.
• Des échanges de carbone ont lieu entre plantes par ce biais mais hormis quelques plantes de sous-bois, le bilan entre protagonistes reste mal connu.
• Des échanges de signaux d’alertes, démontrés au laboratoire, pourraient exister en forêt.
• Ces échanges seraient largement sélectionnés par l’évolution du champignon, qui en est le premier avantagé.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q12.mycorhizes.pdf

02.02.Q13 : Quelles fonctions du bois vivant dans l’arbre ?

Le bois matériau est extrait des parties ligneuses des arbres : tronc, branches et racines. Il est mort, mais dans l’arbre vivant il y a aussi du bois vivant
• Le bois vivant comprend des cellules «souches», des conduits pour la sève, des fibres et des parenchymes
• Par l’activité des cellules souches, le bois construit la structure arborée comme une imprimante 3D.
• Les fibres vivantes produisent des forces de régulation de la posture des arbres au même titre que des fibres musculaires.
• Les vaisseaux qui conduisent la sève sont des cellules mortes mais les parenchymes du bois régulent la conduction de la sève.
•  Les parenchymes protègent le bois par la chimie.
• Le bois vivant s’adapte  aux conditions environnementales qui  existent  lors de sa vie, entre naissance et mort programmée.
• Le bois matériau conserve la trace de toutes les réponses locales du bois vivant à ses fonctions dans l’arbre.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q13.bois_.vivant.pdf

02.02.Q11 : Que peut-on lire dans les cernes des arbres ?

En climat tempéré, la croissance
rythmique des arbres se traduit sur leur section par des anneaux annuels (cernes) visibles
· Ils peuvent être dénombrés, datés, mesurés et leurs caractères physico-chimiques précisés, c’est l’objet de la dendrochronologie
· Les caractéristiques de ces cernes dépendent de l’environnement biologique et physique des arbres, en particulier le climat
· L’étude des cernes permet d’approcher les mécanismes responsables des variations de croissance observés et d’en tirer des informations pour la gestion forestière
· La dendrochronologie a de nombreuses applications en archéologie, climatologie, écologie et géosciences

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q11.dendrochronologie.pdf

02.02.Q10 : Qu’est-ce qu’une forêt en bonne santé ?

La santé des forêts est une notion à concevoir à l’échelle de l’écosystème, englobant des caractéristiques de structure, fonction et résilience.
• Le fonctionnement des écosystèmes forestiers repose sur des processus biologiques sans utilisation de fongicides ou insecticides.
• La surveillance des forêts en France est assurée par le Département Santé des Forêts regroupant plus de 200 correspondants-observateurs.
• Avec les tempêtes, sécheresses et incendies, les pullulations d’insectes et les maladies causées par des champignons pathogènes sont une source importante de dommages.
• Hors événements climatiques extrêmes, les forêts françaises présentent globalement des taux de mortalité faibles sur arbres adultes, et la productivité est en augmentation sur les dernières années. Toutefois, leur résilience à de nouveaux stress est à surveiller

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q10.sante_.foret_.pdf

02.02.Q09 : Le suivi des écosystèmes forestiers : pourquoi et comment ?

Les écosystèmes forestiers ne sont pas des systèmes stables. Ils évoluent dans leur composition et leur fonctionnement
· Connaître les phénomènes et les mécanismes qui sont responsables de ces évolutions est essentiel pour concevoir une gestion réellement durable
· La France s’est dotée d’un système de suivi à long terme des forêts combinant différents niveaux d’échelle et différentes intensités de mesures et observations
· L’intégration temporelle et spatiale des variables observées un grand enjeu

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q09.surveillance.foret_.pdf

02.02.Q08 : Architecture des arbres : une clé pour comprendre le fonctionnement des forêts ?

L’architecture des arbres correspond à l’organisation du végétal et son évolution au cours du temps.
· L’analyse architecturale donne des clés pour décrire la plasticité phénotypique, pour évaluer la dynamique forestière et pour dater les arbres.
· Ces méthodes sont des outils pour mieux comprendre le fonctionnement d’une forêt et ses capacités à s’adapter à des perturbations climatiques.
· L’étape suivante, en cours, est de porter ces méthodes sur des applications nomades qui seront utilisées dans un futur proche par les gestionnaires forestiers.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q08.architecture.pdf

02.02.Q06 : La biodiversité en forêt : quelles définitions et quels enjeux ?

• La biodiversité, c’est l’ensemble de toutes les formes de vie et des processus qui leur sont liés
• Les forêts et espaces associés sont ceux qui concentrent la diversité biologique la plus riche
• La biodiversité n’est pas un état stable idéal à préserver, mais plutôt un ensemble de processus et de fonctions dont le maintien est essentiel
• La conservation dynamique de la biodiversité est un enjeu majeur pour la gestion forestière courante comme pour les actions spécifiques en faveur des habitats et espèces à haute valeur patrimoniale
• Le suivi de la biodiversité en forêt demande une batterie d’indicateurs complexes, du fait des différences d’objectifs, d’échelle, et des besoins des acteurs

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q06.biodiv.pdf

02.02.Q05 : Les sols forestiers : supports physiques ou écosystèmes vivants ?

L’ancrage en profondeur des arbres doit être favorisé.
• La réserve en eau et la richesse chimique du sol sont des déterminants essentiels de la vie et la croissance des arbres forestiers.
• La matière organique du sol forestier est à la fois une conséquence et un facteur de l’existence et de la croissance du peuplement forestier.
• Une gestion forestière durable évite le tassement des sols et préserve leurs horizons organiques et leur richesse en nutriments.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q05.sols_.forestiers.pdf

02.02.Q04 : Eau et forêt : quels liens entre les deux ?

• La consommation en eau nette des forêts excède presque toujours celle d’autres couverts végétaux.
• La moindre disponibilité en eau «bleue» qui peut en résulter peut être compensée par : i) un impact positif du couvert sur la qualité de l’eau de surface et souterraine, et sur la protection des sols ; ii) la fourniture par les forêts d’un ensemble d’autres biens et services.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q04_eau.pdf

Pages