Vous êtes ici

BIROT Yves

02.01.Q03 : La forêt de métropole : quelles surfaces, diversité et ressources ?

La forêt couvre 31 % du territoire français 
• La forte différentiation des conditions de milieu se traduit par une forêt elle-même diversifiée
• En surface comme en volume, les feuillus représentent les 2/3
• Plus de la moitié des forêts en surface sont constitués de peuplements monospécifiques
• Les chênes représentent le tiers des volumes sur pied
• La production annuelle moyenne se situe autour de 5,8 m3/ha/an
• Le volume sur pied à l’hectare est élevé en France-Comté, Auvergne et Alsace.
• Les conditions d’exploitation sont faciles pour plus de 60 % des surfaces seulement

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.01.q03_forets_metropole.pdf

02.01.Q04 : La forêt des départements d’outre-mer : quelles surfaces, diversité et ressources ?

• La France dispose  d’un important et riche patrimoine forestier tropical dans ses DOM 
• La Guyane en constitue l’essentiel en termes de surface ( 8 M ha) mais le taux de boisement des DOM îliens est également élevé
• Les enjeux de gestion concernent une valorisation raisonnée de la ressource, une maîtrise de la pression humaine, notamment dans les îles, la préservation d’une biodiversité exceptionnelle, l’accueil du public et l’écotourisme
• Le groupement de recherches sur l’écologie de la forêt dense à Kourou (Guyane) permet à la France de bien se positionner au plan international dans le progrès des connaissances de la diversité de ces écosystèmes et de leur fonctionnement

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.01.q04_forets_dom.pdf

02.01.Q05 : Les forêts et les hommes : quelles co-évolutions ?

• La physionomie de la forêt d’aujourd’hui a été profondément influencée par les dernières glaciations
• La recolonisation forestière post- glaciaire est mieux comprise grâce aux progrès de la biologie évolutive
• Le développement démographique considérable au cours des 6000 dernières années s’est traduite par une régression très importante de la forêt
• La forêt française connait depuis 150 ans une phase d’expansion : elle a doublé sa surface

• La forêt actuelle est marquée par son passé sylvicole à la fois dans sa composition en espèces et dans la structure des peuplements

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.01.q05_forets_hommes_coevolution.pdf

02.01.Q07 : Quelles sont les principales industries liées à la forêt ?

• Le secteur des industries du bois et papiers-cartons est un acteur majeur de l’économie française avec un chiffre d’affaires de 60 milliards d’€ et 440 000 emplois directs  
• Ces emplois se situent principalement en zone rurale
• Le développement très rapide du bois-énergie peut générer des déséquilibres dans la filière et une utilisation non optimale de la ressource ligneuse
• Les industries du panneau et du papier sont des industries lourdes requérant des investissements très élevés
• Les industries du sciage  sont très fragmentées avec peu d’entreprises de grande taille
• Le secteur des industries du  bois participe fortement à l’économie bas-carbone

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.01.q07_industries.pdf

02.01.Q08 : Quelle place pour le secteur forêt-bois dans l’économie nationale ?

•La moitié environ du bois qui pousse en France est récolté (environ 60 millions de m3 par an).

• Le secteur forêt-bois contribue au PIB pour 0?6%, et pour 2% de l’emploi en comptabilisant les emplois induits.

• Les produits autres que le bois et les services commercialisés représentent pour les propriétaires 16% des revenus tirés du bois.

• La France est importatrice nette de produits à base de bois, surtout pâtes et papiers, meubles et sciages de résineux.

• Les acteurs du secteur se mobilisent pour récolter et transformer plus de bois en France.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.01.q08_secteur_bois-foret.pdf

02.01.Q10 : La mesure des forêts et de leurs évolutions : pourquoi, comment, par qui ?

L’IGN est l’organisme français chargé d’inventorier les forêts et de mesurer leurs évolutions ; il procède par inventaire statistique par échantillonnage couvrant l’ensemble du territoire métropolitain
• Il produit de très nombreuses données relatives à la croissance et à la production des forêts, à leur composition, à leur écologie, à leurs évolutions, etc. qui sont cruciales pour nombre d’utilisateurs : gestionnaires forestiers, collectivités, industries, Parc Naturels Régionaux, ONG, scientifiques
• la France dispose, avec les travaux de l’IGN sur les espaces boisés et les enquêtes Teruti-Lucas sur les espaces cultivés, de deux outils bien adaptés à la connaissance et l’évolution de son territoire métropolitain

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.01.q10_mesures_forets.pdf

02.02.Q01 : Qu’entend-on par écosystème forestier ? Quel est son fonctionnement ?

• Les écosystèmes forestiers présentent une très grande complexité structurelle (composition) et fonctionnelle (processus internes).
• Ils se caractérisent par une zonation géographique reflétant les conditions climatiques et édaphiques, une stratification verticale, des relations trophiques complexes
• Leur fonctionnement est fondé sur des processus biophysiques de transfert de matière et d’énergie
• Leur ‘bon» fonctionnement est crucial à travers les services divers qu’il fournissent à la société

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q01_ecosystemes_forestiers.pdf

02.02.Q04 : Eau et forêt : quels liens entre les deux ?

• La consommation en eau nette des forêts excède presque toujours celle d’autres couverts végétaux.
• La moindre disponibilité en eau «bleue» qui peut en résulter peut être compensée par : i) un impact positif du couvert sur la qualité de l’eau de surface et souterraine, et sur la protection des sols ; ii) la fourniture par les forêts d’un ensemble d’autres biens et services.

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.02.q04_eau.pdf

02.05.Q01 : À quels risques les forêts sont-elles exposées ?

• Une analyse raisonnée du risque doit intégrer toutes ses composantes
• Les risques, dans leur diversité, , sont inhérents à la gestion forestière
• Les tempêtes et les incendies sont les aléas les plus destructeurs ; les dégâts dûs aux tempêtes semblent augmenter
• Les risques qui affectent les propriétaitres et la société ne sont pas forcément les  mêmes
• Pour mieux mutualiser les risques, de nouvelles mesures combinant fiscalité, épargne et assurance privée sont en place

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.05.q01_risques_forets.pdf

02.06.Q01 : Le changement climatique est-il avéré ?

• Le changement climatique est avéré, les activités humaines en sont responsables à travers les émissions de gaz à effet de serre.

• Les  projections montrent que le seuil de réchauffement de +2°C  au-dessus duquel  les impacts seront sévères sera probablement franchi.

• Les impacts sur les systèmes physiques, biologiques et anthropiques déjà observés et futurs probables sont considérables. Ils justifient une action immédiate de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.06.q01_changement_climatique.pdf

02.07.Q01 : L’agroforesterie : une clé pour le développement de l’agro-écologie ?

• À côté des systèmes agroforestiers traditionnels, des modèles agroforestiers modernes et performants sont mis au point
• Leur fonctionnement  écophysiologique et agronomique est de mieux en mieux connu,  ainsi que leurs performances économiques
• L’agroforesterie est l’une des voies de l’intensification agroécologique
•  Toutefois, son développement est encore freiné par des verrous juridiques, financiers, biotechniques et la complexité de sa gestion

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.07.q01_agroforesterie.pdf

02.08.Q01 : Pourquoi gérer les forêts et pour quels objectifs ?

• Le maintien au fil du temps d’une forêt ne nécessite pas forcément  sa gestion, mais le type de peuplement obtenu est en général moins adapté aux besoins de la société
• Les objectifs de gestion se sont beaucoup diversifiés au cours des dernières décennies, précisés par un cadre conceptuel, législatif et réglementaire aux niveaux national, régional et local
• La mise hors gestion de surfaces en forêt publique à des fins de connaissance des dynamiques forestières spontanées et de conservation peut être pertinente dans certaines situations

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.08.q01_pourquoi_gerer_forets.pdf

02.10.Q09 : Quels sont les métiers liés à la forêt ?

•la sylviculture et l’exploitation forestière offrent toute une gamme d’emplois à différents niveaux de qualification, essentiellement en zone rurale
• au contact de la nature, ces métiers participent aussi à une économie verte
• les métiers de la sylviculture comme ceux de la récolte, ont beaucoup évolué et et font appel à une technicité croissante où l’informatique est partout présente
• une transition vers une gestion forestière plus dynamique en France pourrait être génératrice d’emplois

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.10.q09.metiers.v3.pdf

02.10.Q14 : Quels futurs pour les forêts françaises ?

Par essence soucieux du long terme et planificateurs, les forestiers se sont tournés ces dernières années vers l’analyse prospective
• Les  études prospectives sur les systèmes forestiers réalisées en France démontrent l’intérêt de la démarche pour éclairer des futurs possibles
• La plupart de ces études se limitent à l’identification de scénarios. Peu abordent la question des futurs souhaités et du choix des trajectoires pour y parvenir
• Une articulation plus  forte entre les résultats des prospectives et l’élaboration de politiques et stratégies est à encourager

Fiche téléchargeable au format PDF, ci-dessous :

PDF icon 02.10.q14.quelsfuturs.pour_.les_.forets.pdf